Cocorico écolo

Les COP (Conference of the parties) réunissent les États depuis 1995 pour décider d'actions contre le réchauffement climatique. La COP 22 vient de s'achever à Marrakech avec la publication d'une étude qui salue l'action de la France. Nous recueillons la meilleure note, devant la Suède et la Grande Bretagne, notamment « grâce à l'engagement diplomatique de la France pour la COP 21 ». Plus globalement, ce rapport « confirme le décollage des énergies renouvelables », avec ce bémol : « si ces tendances encourageantes ont lieu à l'échelle mondiale, la nécessaire transition énergétique est trop lente ».

Tous acteurs !

Parmi les bonnes nouvelles, on note aussi cette avancée : tout le monde aujourd'hui se sent plus ou moins responsable de l'avenir de la planète. Tous acteurs : États, entreprises, industries, exploitations agricoles, associations, particuliers... sur la base d'actions plus ou moins spectaculaires (n'oublions pas que les petites rivières font les grands fleuves!). La Fédération Cap France, par exemple, s'est distinguée très tôt, avec la labellisation de ses villages Chouette Nature ou, plus récemment, avec la démarche Cap sur les 4 saisons menée avec Laurent Mariotte.

Le top à Rennes ou Angers ?

Les villes, les régions et les départements sont aussi sur le pont. Là aussi, on trouve régulièrement des classements permettant de cibler les collectivités qui s'engagent réellement et concrétisent les discours. Mais selon les critères introduits dans les études, les podiums varient. Par exemple, selon l'Union des entreprises paysagères, qui considère que le vert doit être le fil rouge de l'urbanisme, le trio de tête est composé d'Angers, Nantes et Limoges. Terraéco, en revanche, avec d'autres indices, dont les quantités de nitrate dans l'eau, décerne ses lauriers à Rennes, Grenoble et Besançon.

Partagez

+ d'articles...