Le tour de (Cap) France en chansons

Juste avec votre mange-disques, votre iPod ou votre smartphone, vous pouvez vous offrir un deux-en-un exceptionnel : une fête de la musique doublée d'un tour de France ! À quelques exceptions près, toutes les grandes villes et régions françaises ont été chantées. On saluera d'abord les prestations généreuses d'Enrico Macias et Nino Ferrer. À eux deux, l'un avec « On dirait le Sud », l'autre avec « Les gens du Nord », ils nous emballent la France entière.

Nancy, Lyon, Toulouse, par des enfants du pays

Laurent Voulzy n'a pas fredonné que Belle-île-en-mer, il s'est occupé un jour de Strasbourg, dans son « Strasbourg - Paris ». Pas très loin, « Nancy » fut chantée par un enfant du pays, C. Jérôme. Tout comme « Lyon presqu'île », dans un autre genre, une autre époque, par Benjamin Biolay, né en banlieue lyonnaise. Toulouse ne fut pas chantée, elle fut célébrée par le Toulousain toujours populaire, Claude Nougaro.

Auteuil, Neuilly, Passy, par des Inconnus

À cheval sur le sketch et la chanson, « Auteuil-Neuilly-Passy », made in Les Inconnus, avait fait un tabac lors de sa sortie. Ce « rap BC-BG », moquant la jeunesse dorée des beaux quartiers, s'était invitée en tube de l'été 1991. Une interview, par une journaliste du Parisien, de quelques habitants de cette ville et de ces quartiers révélait, il y a deux ans, que la chanson était restée très en vogue « avec plus d'un million de vues sur YouTube ».

Tais-toi Marseille !

Elle aussi est restée dans le cœur des Français : Barbara. Et n'a pas révélé uniquement qu'il pleuvait (parfois) sur Nantes. Elle a chanté Marseille. « Marseille, tais-toi. Marseille, tu cries trop fort. Je n'entends pas claquer les voiles du port ». Mélodique. Et très pratique, pour vous Mesdames. Si votre Jules s'appelle Marcel, la chanson est adaptable et garde la rime. Mais tais-toi donc Marcel !

Avignon, Vesoul, Ajaccio

Ce sont quelques-uns des grands classiques et, selon les générations, on connaît encore les airs et les paroles. Qui n'a pas bredouillé en culottes courtes que l'on y danse, l'on y danse, tous en rond, à Avignon ? Tino Rossi a chanté, avec les R qui roulent comme les vagues de sa méditerranée, son Ajaccio. Quant à Brel, il a fait de Vesoul une des villes françaises les plus connues dans le monde.

Un dimanche à Coutances. Ou à Orly, c'est bien aussi

Georges Brassens à Montélimar, Charles Trénet à Perpignan, Dick Annegard à Coutances, « dans une chambre d'hôtel moyen, sans étoile », Les Fatals Picards à Amiens, « Monsieur 100.000 volts », alias Gilbert Bécaud, « un dimanche à Orly », Fernandel à Arras, Line Renaud à Armantières, Hubert-Félix Thiéfaine au Touquet, Françoise Hardy à Vannes, Michel Sardou à Verdun, Bourvil à Joinville, Vincent Delerm à Deauville... les villes sont des sources d'inspiration inépuisables.

Dick Rivers à Nice, Miossec à Brest

Miossec a fait vibrer Brest sur des rimes ensoleillées – ivresse, berce, bouleverse, caresse – ou pluvieuses – averse. Sans minimiser l'immense talent du garçon, la rime eut été plus riche s'il avait choisi la Bresse. Quant à notre Dick Rivers national, qui rime presque avec Brest, il a immortalisé la baie des anges niçoise. « Baie des anges » qui vient des pêcheurs « quand ils ramenaient dans leurs filets des petits requins inoffensifs dont les ailerons perpendiculaires ressemblaient à des ailes »

Quant à Quimper et Caen...

J'ai eu beau chercher, quelques villes, et non des moindres, manquent à l'appel. Quimper, par exemple. Pourtant, ce serait simple, écoutez ça : Qu'importe l'hiver, tant qu'on est à Quimper. Quant à Caen, ça pourrait donner ça : Quand vient le printemps, nous on campe à Caen. Pas mal, non ? Ou ça : Caen on a que l'amour... mais il paraît que c'est déjà pris...

Partagez

+ d'articles...