Foot pour tous

Si votre gamin vous demande « mais c'était qui, papa, Raymond Kopa ? », vous lui dites qu'il comprendra mieux quand on lui annoncera que Griezmann, Pogba ou Zidane ont rejoint les rangs de la Ligue céleste (on leur souhaite bien sûr longue vie !). Le grand Kopa, décédé ce matin, était une star, à l'instar des Platini et autres Fontaine. Ce matin, apprenant qu'il était parti, l'idée de vous offrir une idée m'est venue en tête. La voici.

Un art et une fête

Un des plus beaux hommages qu'on peut rendre à ce grand bonhomme, c'est de considérer le foot comme une occupation bien plus que sportive. Le foot est un loisir, un art, une fête ! Même si vous n'aimez pas le foot, vous êtes-vous déjà offert un grand match ? Suivez mon conseil, allez-y, vous m'en direz des nouvelles ! Mais n'y allez pas au hasard, cherchez d'abord les publics les plus conviviaux et les meilleures ambiances de stade. Vous trouvez plein de classements à ce sujet le net.

Qui c'est les plus forts ?

Si vous faites une synthèse de ces classements, vous constaterez que Saint-Etienne est très souvent bien classé. Ibrahimovic lui-même est tombé sous le charme des Stéphanois et de leur Chaudron : « Il y a une super ambiance à Geoffroy-Guichard, comparé à d'autres stades ». Vous vous souvenez de la chanson « Qui c'est les plus forts, évidemment c'est les Verts », et bien vous pouvez l'adapter aisément car d'autres stades vous réservent des ambiances magiques où vous êtes accueillis par des supporters jovialement sympas.

Troisième mi-temps

Pour participer au concours « j'aime pas le foot mais je vais au match », attardez-vous ensuite sur le critère environnemental. Étudiez ce qu'il y a autour du stade. Évitez les alentours tristounets ou les stades-bunkers isolés entre deux autoroutes. Un après-match, c'est comme un après-cinoche, c'est une suite de la fête, la troisième mi-temps. Calculez votre itinéraire de façon à pouvoir rallier à pied, en moins de trente minutes, un quartier convivial, humain, normalement constitué, avec une densité respectable de vrais restos et de vrais bistrots.

À Nœux-les-Mines, dans le Pas-de-Calais

Brestois en partance pour le chaudron de Saint-Etienne, ou Stéphanois en goguette au stade vélodrome de Marseille (photo), c'est kif-kif : y'a du kilomètre ! Donc, prévoyez-vous un séjour complet en plus du match. C'est un autre critère à prendre en compte lorsque vous faites votre choix : celui de l'offre culturelle et sportive dans la région. L'un des meilleurs exemples est celui de Nœux-les-Mines, ville natale de Raymond Kopa.

Une équipe franco-italo-polonaise

C'est dans la rue, à Nœux-les-Mines, que le petit Raymond Kopaszewski constitue sa première équipe de foot, composée de Polonais, d'Italiens et de Français. Pas très loin d'où il est né, s'étale aujourd'hui une piste unique en Europe. Sur un ancien terril, un petit domaine skiable a été créé. Cet ancien site minier, avec sa piste de ski de 320 mètres de long, attire chaque année 30 000 skieurs... qui sans doute vont ensuite au foot à Lens (à une vingtaine de kilomètres) dont les supporters ont été souvent couronnés du titre de « meilleur public français ». Que le Louvre ait une prestigieuse annexe à Lens ne vous a pas échappé non plus.

Partagez

+ d'articles...