Ils ont marqué nos vacances (6/10) : la caravane

On ne les connaît pas forcément, on ne les voit jamais, pourtant ils se baladent en permanence avec nous pendant les vacances. Je vous emmène dans les régions de dix personnalités dont les noms sont liés à nos congés et nos loisirs.

Avec Paul Tesserault à Poitiers

Le chiffre n'est pas si anecdotique qu'il n'y paraît : 2% des ménages français ont pour résidence secondaire une caravane. Le mot caravane véhicule bien des idées d'aventures. Mais son avènement sur le marché français est, à lui seul, une formidable aventure artisanale et industrielle. À Poitiers, en 1942, Paul Tesserault est le premier à construire ces drôles de petites maisons mobiles.

À Seclin, au sud de Lille

L'histoire des caravanes Tesserault (qui durera jusqu'au milieu des années 80) révèle l'évolution des modes de fabrication mais surtout des envies des vacanciers. Les coques en bois rondouillardes laissent place, dans les années 60 et 70, à des formes cubiques, en alu (c'est plus léger), et à des intérieurs plus confortables où le formica est roi. Un autre constructeur français marque l'histoire de la caravane : Alexandre Sterckeman. Tout démarre dans un petit atelier de Seclin, au sud de Lille.

L'étonnante épopée d'un anticonformiste

L'idée de construire des caravanes vient à Alexandre un jour de 1945. Il voit se pointer dans la station Esso où il est pompiste deux Anglais tirant leur caravane. Oh, my god ! Oui, les Anglais sont en avance sur nous et de la caravane moderne ils sont un peu beaucoup les pionniers. Les Américains ne sont pas en reste avec l'étonnante épopée de l'anticonformiste Wally Byam qui démarre en 1929.

Merci Madame Byam !

De lui, Wally, on dira que c'est un génie, un doux dingue, un anticonformiste. Il est surtout « un passionné et un véritable campeur ». Son idée de caravane aux airs aériens lui vient d'une envie de voyager différemment mais surtout de vivre autrement : « Plus qu'un concept, il souhaitait faire naître un nouveau mode de vie ». En 1929, il achète donc le châssis d'une Ford T, y pose une planche sur laquelle il plante sa tente. Idée lumineuse... mais très inconfortable, ce que lui fera remarquer Madame Byam et incitera Monsieur à peaufiner le concept.

L'essieu « belle-mère »

Bien avant les Anglais et les Américains, on doit beaucoup aux bonnes vieilles roulottes des gitans dont l'origine se situe sans doute en Albanie au XIXe siècle. Un mystère plane sur cette histoire : pourquoi l'essieu directionnel à l'avant des roulottes était-il nommé « l'essieu belle-mère » ? Ça vaut ce que ça vaut comme explication mais j'en déduis que ce sont elles, les belles mères, qui décidaient (et décident encore) de la direction à prendre.

Salon des Loisirs Créatifs

Si vous avez les nerfs en pelote et que vous tricotez du côté de Poitiers, dans l'un des pays de la caravane, restez-y ! Du 24 au 26 février prochain, vous tomberez pile-net sur l'un des grands rassemblements français de tricoteuses, crocheteuses, amoureuses de couture. La notoriété du Salon des Loisirs Créatifs de Poitiers va croissant. Il a rassemblé l'an passé près de 10.000 passionnées... et passionnés ! Mais oui, les hommes sont admis !

Découvrez toutes nos offres de séjours à proximité de Poitiers

Partagez

+ d'articles...