Laval et Alfred Jarry

Non, Laval, ce n'est pas que le foot ! C'est d'abord une forteresse médiévale, avec son Musée de l'Art naïf et des Arts singuliers. Vous y serez accueilli par une statue du père de l'art naïf, le douanier Rousseau, né en 1844 à Laval.

Ici, les adeptes de statues seront ravis. Ils trouveront, entre autres, celle d'Ambroise Paré, le père de la chirurgie moderne, né dans la région. Celles, bien sûr, d'un autre Lavallois célèbre, Alfred Jarry, et de Ubu Roi.

L'histoire de Jarry est passionnante et finalement assez mystérieuse. Stéphane Hiland, animateur de l'architecture et du patrimoine à la Ville de Laval, évoque dans l'une de ses chroniques « un parcours hors du commun » : « Alfred Jarry, tout comme le Douanier Rousseau, son illustre contemporain, n'a jamais véritablement connu la renommée de son vivant. Pire encore, il est mort en anonyme le 1er novembre 1907, à l'âge de 34 ans, dans un chambre austère de l'hôpital de la Charité à Paris, vaincu par les affres de la maladie. Le décès de celui qui est considéré aujourd'hui comme l'un des maîtres à penser de la littérature surréaliste fait l'objet d'un modeste entrefilet de deux lignes en troisième page du quotidien local. Il est vrai qu'à l'époque bon nombre de ses concitoyens lavallois se considèrent lassés par les trop nombreuses élucubrations de l'écrivain dandy. »

Dandy ou pas, suivez les pas d'Alfred au cœur de la capitale de la Mayenne, vous ne serez pas déçu.

Partagez

+ d'articles...