Ils ont marqué nos vacances (10/10) : le parasol

On ne les connaît pas forcément, on ne les voit jamais, pourtant ils se baladent en permanence avec nous pendant les vacances. Je vous emmène dans les régions de dix personnalités dont les noms sont liés à nos congés et nos loisirs.

Aux jeux du cirque

Le parasol est une très vieille histoire, presque aussi vieille que le soleil. En 2000 avant Jésus-Christ, on apercevait déjà cet ustensile. Dans la Rome Antique, par exemple, on allait aux Jeux du cirque avec son parasol sous le bras. C'était l'époque, qui dura jusqu'au début du XXe siècle, où l'on craignait bien plus le soleil que la pluie.

Quand le blanc-bec étalait sa paresse

Il n'y a pas si longtemps, au XIXe siècle et au début du XXe, il était très mal vu de rentrer au bercail avec le teint hâlé. Le bronzage était le symptôme de votre état de travailleur des champs, de pauvre hère en quelque sorte, alors que le blanc-bec étalait crânement sa pâleur comme un signe extérieur de richesse et de paresse et comme une appartenance à la classe aristocratique. Les temps ont bien changé... et les visages pâles ont franchi le parapet.

Chez Dess, près de Troyes

Les bains de mer, le développement des stations balnéaires, au XIXe siècle, et plus encore les congés payés à partir de 1936 vont démocratiser l'ombrelle. Elle est aujourd'hui un banal compagnon de plage, et de balcon et de terrasse, assez peu fabriquée en France. Il reste notamment une grande entreprise dans le domaine de l'ombrelle et du parasol, la société Dess, basée dans l'Aube, à Piney, à une vingtaine de kilomètres à l'est de Troyes.

Avec Catherine de Médicis à Marseille

Au fait, qui a inventé le parasol ? Difficile à dire. On peut en revanche citer notre importatrice de choix, la duchesse de Bretagne et Reine de France Catherine de Médicis. Elle amène cette idée en France au milieu du XVIe siècle. Un demi-siècle plus tard, le parasol est presque un produit star : « peu à peu, au milieu du règne de Louis XIV, on l'utilisait régulièrement. Les maîtres boursiers-colletiers-pochetiers qui avaient le droit de les confectionner remplaçaient alors la toile cirée par du taffetas tendu sur de légères tiges en jonc ».

De parasol en parapluie

Tandis que le chapeau chapeautait l'idée consistant à éviter la pluie, le parasol va venir lui faire de l'ombre. Certains, au XVIIe, commencent à donner au parasol un double usage ; le voici donc parapluie aussi. Difficile transition pour vous rappeler que la reine de France et du parasol s'est mariée à Marseille. Catherine, parfois décrite comme l'incarnation du machiavélisme, était-elle si garce alors qu'elle a doté nos plages de ce magnifique outil, utile anti-coups de soleil (plus dangereux que les coups de pluie, rappelons-le) ?

Fleurs solaires dansantes

Tout ça pour vous dire qu'à Marseille vous avez de quoi poursuivre sur la thématique solaire, avec une très belle expo qui démarre aujourd'hui (jusqu'au 19 mars). Elle a le titre d'une romance de Provence : « Fleurs solaires dansantes ». Elle est le fruit d'Alexandre Dang, « artiste engagé qui vise à travers ses œuvres à susciter un prise de conscience sur les questions liées au développement durable ». Le parasol ne suffit plus pour lutter contre le réchauffement climatique, la chose est désormais entendue...

Envie de prendre le soleil ? Découvrez dès maintenant toutes nos offres de séjours en Provence‑Alpes‑Côte‑d'Azur

Partagez

+ d'articles...