Légendes d'Auvergne

Promenons-nous encore un peu dans les contes et légendes de France. On s'arrête aujourd'hui en Haute-Loire, à Auzon, avec l'histoire d'un sacré cochon, puis à Églisolles, dans le Puy-de-Dôme, dont le mystère autour de Louis XVII reste quasi-intact.

Tout est bon dans le cochon !

On a coutume de dire qu'il n'y a rien à jeter dans cette belle bestiole. Les habitants de la bourgade d'Auzon, entre Clermont-Ferrand et le Puy-en-Velay, en savent quelque chose. Ce qui suit n'est pas une légende, c'est un fait. Il remonte à la Guerre de Cent Ans lorsque les Anglais n'étaient pas nos copains et encerclaient, entre autres bonnes villes, la commune d'Auzon.

Malins les froggies

Donc, les British étaient tout autour d'Auzon avec l'idée non seulement d'encercler la ville mais aussi d'affamer ses habitants. Arriva le jour où il ne restait à Auzon qu'un cochon et un sac de froment. Résignés, les uns suggèrent alors de manger le tout puis de se rendre. D'autres proposent l'idée de gaver le cochon avec le froment, puis de le lâcher hors du village.

Les Anglais bernés

L'effet fut immédiat. Les Anglais dépités, apercevant ce cochon si bien nourri, en conclurent que cette ville avait de la ressource et sans doute encore de nombreuses réserves dans les greniers et les caves. Ils déguerpirent sur le champ. Notez qu'Auzon est une très belle destination, avec un patrimoine remarquable et un classement à l'inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, ceci n'étant pas lié à l'histoire du cochon qui sauva sa ville.

Entre mythe et réalité

Un peu à l'est, à Églisolles, entre Saint-Étienne et Issoire, vous allez pêcher la légende de Louis XVII. L'histoire est passionnante car elle mêle le vrai et le faux, le mythe et la réalité. Quelques années après la mort de Louis XVI (décapité à la capitale), on apprend la mort de son fils, Louis XVII, d'une tuberculose. Une rumeur s'empare alors de Paris : tout ça est leurre, le petit Louis ne serait pas mort.

Bizarre et re-bizarre

Les historiens se sont souvent opposés sur cette question. La réponse est d'autant plus floue qu'à la même époque apparaît dans la famille Chomette, des paysans d'Eglisolles, un petit blondinet. Il arrive comme par enchantement et devient le 8e bambin d'une famille qui en comptait déjà sept. Et bizarrement, ce huitième ressemble à Louis XVII. Et re-bizarrement, les Chomette ont tout à coup plus d'argent, ce qui leur permet d'acquérir de nouvelles terres.

Analyse ADN en 2000

Il n'en fallait pas plus pour qu'une autre rumeur circule : le fils Capet serait planqué à Églisolles et les Chomette auraient été payés pour le cacher. Parmi les opposants à cette thèse, il y eut en 2000 quelques scientifiques ayant procédé à une analyse ADN du petit garçon mort au Temple (une prison parisienne). Ils affirment qu'il s'agissait bien du fils du roi. Le petit d'Églisolles ferait donc partie d'une autre histoire. Mais la rumeur est tenace et aujourd'hui encore, comme une légende, l'on raconte la drôle d'aventure auvergnate de ce petit roi blond.

Découvrez dès maintenant toutes nos offres de séjours en Auvergne !

Partagez

+ d'articles...