Les farces de Picardie

Peut-être parce qu'on peut se les raconter au coin du feu, au cours de longues soirées, Noël est une bonne époque pour voyager dans la France des légendes et des traditions. En voici deux puisées en Picardie. Elles sont tirées de ce qu'on appelait des fabliaux, petits récits souvent comiques datant du Moyen Âge.

La vengeance de Jacquinot

Il semblerait que dans la légende picarde un homme du peuple obéisse à sa femme et sa belle-mère. Ainsi les deux femmes de Jacquinot lui imposaient une liste de tâches ménagères à réaliser. Et puis un jour, Miss Jacquinot tombe dans un immense bac de linge sale, risquant de se noyer. Jacquinot ne perd pas le nord (ce qui est recommandé en Picardie !) et lui dit à peu près ceci : désolé, ma mignonne, mais vous sauver n'est pas dans ma liste. Finalement, il sortit sa légitime du pétrin et du bac... après avoir reçu promesse d'être désormais maître de la maisonnée. Ah, ces hommes...

La vieille et le chevalier

On raconte aussi en Picardie l'histoire de la pauvre vieille et de ses deux vaches. Un chevalier pas du tout servant lui avait piqué ses bêtes. On lui conseilla alors d'aller graisser la patte du chevalier pour tenter de récupérer son bien. Sauf que la pauvre mémé prit la formule au premier degré et s'en alla au château avec une bande de lard. Et qu'elle lui barbouilla les mains de graisse. La légende dit que le chevalier en rit à gorge déployée (cette expression non plus n'est pas à prendre au pied de la lettre !) et lui rendit ses deux vaches.

Partagez

+ d'articles...