Les résistants de Lourdes

Quand on voit le centre mondial de pèlerinage de Lourdes, avec ses 12.000 chambres d'hôtel et ses 6 millions de visiteurs annuels, on a du mal à imaginer que Lourdes, hier, était juste une petite commune des Hautes-Pyrénées. Celle qui est aujourd'hui la deuxième ville hôtelière de France, après Paris et avant Nice, roucoulait tranquille sur les bords du Gave de Pau.

Connaissez-vous la grotte des Espélugues ?

Ce peuple immense qui vient à Lourdes, de tous les pays du monde, masque une histoire et une préhistoire. Connaissez-vous la grotte des Espélugues ? On y a découvert beaucoup de traces d'occupations très anciennes, dont un cheval, qu'on nomme aujourd'hui « cheval de Lourdes, une figurine de 7,3 cm de long taillée dans le l'ivoire de mammouth, de 13.000 ans avant notre ère ».

Les cochons

Avant que Bernadette Soubirous n'apparaisse dans l'histoire de Lourdes, la commune avait le charme (qu'il elle a largement conservé) des villages pyrénéens. On pratiquait beaucoup l'élevage de cochons (un animal intelligent et drôle qu'on devrait réhabiliter sur le champ!), ainsi que l'exploitation des pierres.

Bernadette et Eugénie

Et puis est arrivé le 11 septembre 1858. Une jeune Lourdaise, Marie-Bernarde Soubirous, plus connue sous le prénom de Bernadette, vient dire qu'elle a vu « une dame blanche » près d'une grotte. Cette première apparition est suivie de plusieurs autres, jusqu'à la mi-juillet de cette même année. Les foules commencent à débarquer à Lourdes, le maire pique une colère et fait poser des barrières autour de la grotte, Eugénie (la femme de Napoléon III) s'en mêle et tout démarre, Lourdes devient Lourdes.

Avec Rome et Fatima

Lourdes se transforme, elle entre dans la catégorie des incontournables d'un périple catholique (avec Rome, Fatima ou Guadalupe), des sanctuaires y sont bâtis, la ville est déclarée « cité mariale », « la municipalité de Lourdes, sous la pression des autorités religieuses et malgré l'opposition locale, élargit les rues de la ville médiévale, le tramway est mis en service en 1899 ».

Sacrilège !

Même si vous ne croyez en rien, ne commettez pas le sacrilège de contourner Lourdes. Même en impie, en athée, en agnostique, la visite du patrimoine est passionnante (en plus, les gens de là-bas sont très sympas). Si vraiment vous voulez éviter les lieux saints, montez au château-fort, rêvassez dans son jardin botanique et n'oubliez pas votre appareil photo, c'est ici qu'on capte l'un des plus beaux panoramas sur Lourdes.

Partez au hasard

Autre option, partez au hasard en ville et faites le tour des résistants. Ce que j'appelle « les résistants », dans mes visites de villes méga-touristiques, ce sont ces objets, ces bâtiments, ces squares, ces vieilles vitrines, ces pancartes, ces petites maisons mignonnes coincées entre des mastodontes ... tout ce qui a résisté à l'arrivée massive d'infrastructures (pas toujours très belles) destinées à accueillir les touristes.

Réservez dès maintenant vos prochaines vacances dans les Hautes-Pyrénées !

Partagez

+ d'articles...