Qu'est-ce que tu mets pour les vacances ?

C'est un petit jeu amusant à tester en été, surtout en juillet-août aux abords des plages : regarder les vacances défiler comme un défilé de mode. Chaque année ou presque, l'été réserve quelques surprises vestimentaires. Une évolution qui se cale souvent sur la vie sociale, culturelle, économique et politique.

Les couleurs des années 20

C'est le magazine Elle qui le rappelle : « Certains considèrent que la mode, telle que nous l'entendons aujourd'hui, est née à cette époque ». Plusieurs événements, de natures différentes, influent sur la mode estivale : la fin de la guerre, le développement du sport et un premier mouvement de libération (ou d'émancipation, disent certains) des femmes. On voit donc apparaître des tenues moins strictes, plus colorées, plus moulantes, plus courtes, d'autant que le bronzage est davantage recherché (il n'était que l'exclusivité des paysans qui bossaient au soleil).

Torses nus ou marcels blancs

Les années 30 sont traversées par plusieurs faits en matière d'habitudes vestimentaires, dont l'influence des stars du cinéma ou de la chanson à travers les magazines. Bien sûr, les congés payés vont bouleverser le paysage des plages. On voit débouler en bord de mer, de Seine ou de Marne, des Français pudiques. Parfois moqués par la bourgeoisie frivole, « les congés payés », comme on les appelait, portent des tenues amples, des caleçons longs, des marcels blancs (aujourd'hui très chics !), des maillots une-pièce recouverts d'une jupe. Mais c'est aussi l'époque où les torses nus font leur entrée en scène.

Années 40 et 50 : se lâcher

La 2nde Guerre mondiale stoppe les évolutions et l'après-1945 est une période où l'on se lâche, comme si l'on exprimait avec son corps le bonheur d'une paix et d'une liberté retrouvées. Les décolletés en U débarquent. Les années 50 sont décrites comme celles de l'élégance, avec quelques premières touches coquines annonçant des années 60 fleuries.

Et Dieu créa BB

Juin 1959, Brigitte Bardot se marie et rompt avec le blanc. Elle sort de la mairie avec sa robe Vichy, magnifique alliance de l'élégance, de l'audace et du classicisme (parce que sur la robe, elle a quand même un joli petit col Claudine tout chou). Quoi qu'il en soit, elle lance une bombe, une mode qui, 60 ans plus tard, résonne encore (même si la robe Vichy est passée de mode... avant de le redevenir sans doute un jour).

Hippimania et disco des années 70

Le mélange des années 70 est extraordinaire. On a les pattes d'eph et robes longues à fleurs des babas cool qui emballent les chemises et robes à paillettes des dingos du disco. Des couleurs vives s'impriment aussi sur les maillots, ils sont jaunes, oranges pétants, rondouillards, verts pommes. À cela s'ajoutent les premiers trous dans les jeans des amateurs de punk.

Salopette et chouchou

Même si elles s'inspirent fortement des années 70, les années 80 vont apporter leur lot de nouveautés (vive le fluo !). Mais le grand paradoxe de ces années, c'est qu'on va les vivre finalement plus tard. Elles lancent la mode de la nostalgie-mania, qui tambourine surtout depuis les années 2000 dans la musique et la chanson. En matière de fringues, de la même manière que les années 90 voient revenir la salopette et le chouchou, les années 2000 et 2010 puisent dans ces années 80 désormais légendaires.

Et 2017 ?

On nous dit que les fleurs reviennent en force, que l'on montrera davantage ses chevilles (aïe, le pantacourt !), que la dentelle, et même les petits volants, s'inviteront sur nos nippes et que nos pieds flirteront avec de bonnes vieilles espadrilles. Comme quoi, la mode, c'est de la création, oui, oui, oui... c'est aussi beaucoup de déjà-vu.

Découvrez dès maintenant toutes nos offres de séjours pour les vacances d'été

Partagez

+ d'articles...