Au Mont Sainte-Odile

Cinq villages vacances Cap France vous accueilleront au salon Tourissima, du 26 au 28 janvier. Avant de les retrouver à Lille le week-end prochain, on s'invite dans leur univers. Comme tous les villages vacances Cap France, ils bordent de hauts lieux du patrimoine français. Nous voici d'abord au Mont Sainte-Odile, en Alsace, près du village vacances Le Domaine Saint-Jacques.

Un incontournable du tourisme alsacien

Le mont Sainte-Odile est l'un des sites auxquels les Alsaciens sont très attachés, d'abord parce que Sainte Odile est leur patronne. Mais le lieu, qui offre d'héroïques panoramas, et son histoire rocambolesque ont fondé cette relation particulière. Ce mont, que domine l'abbaye de Hohenbourg, est très souvent cité avant la cathédrale de Strasbourg parmi les détours à ne pas zapper lorsqu'on est Alsacien.

Un père dingo

Autant que sa géographie et son architecture, la fondation de ce site, entre légende et épopée religieuse, a largement construit le mythe. C'est d'abord l'histoire d'une gamine dont le père, duc d'Alsace, rêvait d'un garçon. Ce père, prénommé Etichon, est doublement déçu lorsque Odile vient au monde : elle est fille et aveugle. Etichon, pas du genre papa poule, ordonne alors qu'on la tue.

Une fille de lumière

C'était sans compter sur la résistance de sa mère, au doux nom de Béreswinde, qui expédie sa fillette chez des bonnes sœurs en Bourgogne. À l'âge de 12 ans, alors qu'un évêque la baptise, elle retrouve la vue. C'est ainsi qu'on la nomme Odile, « fille de lumière ». Et c'est alors que le petit frangin entre en scène. Il court chercher sa sœur. Furibard, Etichon tue son fils.

Accès de grâce

Le paternel, décidément dingo, se met alors en quête d'un Jules pour sa fille, qu'il a désormais acceptée dans son foyer. Pas question, dit Odile, qui s'enfuit puis revient. C'est alors qu'Etichon, dans un accès de grâce, ou de remord, lui offre le château de Hohenbourg, sur le mont pas encore Sainte-Odile.

Lieu de ressourcement

En 700, elle y crée un monastère et fait du château un couvent. Le lieu devient vite populaire et s'y succèdent pèlerinages et retraites, certains venant y chercher des remèdes à leurs problèmes oculaires. Odile fondera ensuite, à Niedermunster, au pied du mont Sainte-Odile, un second monastère dédié aux infirmes et aux pauvres.

Mur païen

Le Mont Sainte-Odile demeure aujourd'hui un lieu de pèlerinages, de prières et de ressourcement. C'est aussi un grand site pour des randonnées aux visions et sensations variées. En haut, par beau temps, on voit la Forêt Noire. Plus bas, on peut longer cet autre monument du tourisme alsacien : l'impressionnant Mur païen (photo). Long de onze kilomètres, parfois haut de trois mètres, il entoure le couvent. L'origine de ce mur est quant à elle entourée de nombreux récits contradictoires. On s'en tiendra au fait qu'il est merveilleusement mystérieux. Ou mystérieusement merveilleux, ça marche dans les deux sens.

Crédit Photo : L'Alsace

Partagez

+ d'articles...