La ville aux cent villages

Les noms offerts à Paris, depuis des siècles, donnent de quoi poétiser à l'envi. Ville lumière, cité de l'amour, Paname, Pampeluche, Saturne, la plus belle ville du monde, capitale de l'art de vivre, Ripa – pour ceux qui bavardent en verlan – et la ville aux cent villages. Ce dernier petit nom jaillit comme une évidence lorsque vous entreprenez la capitale le nez au vent, en randonneur.

Opérez par quartier

Il y a deux méthodes pour entrer dans l'univers de cette ville. Les deux peuvent se mêler et requièrent du temps ; ne partez pas stressé avec un horaire de train en tête ou je-ne-sais quelle obligation. Jouez-la cool, sans contrainte, sans montre, les mains dans les poches, sans bigophone. Méthode N°1 : fouinez au préalable dans les guides touristiques, à la recherche des incontournables. Pour Paris, opérez par arrondissement, ou par quartier, la sensation de vous promener dans un village sera d'autant accrue.

Une gueule d'atmosphère

Illustration avec le 10e arrondissement. À ne pas louper : le canal Saint-Martin et son Hôtel du Nord, dont s'est inspiré Marcel Carné pour tourner le film éponyme (mais oui, c'est dans ce film qu'Arletty nous décoche son célèbre « atmosphère, atmosphère, est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ? »). Pas loin, empruntez la romantique passerelle de la Grange-aux-Belles, histoire de vous dire qu'il n'y a pas que Venise dans la vie !

Au passage du désir

A ce jeu là, votre plan vous conduira sans doute au Manoir, ancien magasin des faïenceries de Choisy, décoré de façon spectaculaire. Vous déambulerez aussi sous l'un des nombreux passages, couverts ou non couverts, dont celui du Désir. Ne vous interdisez surtout pas, même sans bifton, d'errer dans les gares de l'Est et du Nord, situées dans le 10e arrondissement, ce sont des musées.

À la Fédération Française de l'Apéritif

La méthode N°2, plus paresseuse, consiste à balader sa bouille au hasard des rues de la capitale. Ce bel et tendre hasard est un riche producteur de rencontres et de surprises. Voici par exemple, au 39 Rue du Château d'eau, la maison la plus étroite de Paris, large d'un mètre dix. Je vous le souhaite, peut-être aurez-vous la même chance que moi en tombant nez à nez avec la FFA. Longtemps, j'ai cru que ce trio de lettres désignait la Fédération Française d'Aviron, et bien non ! C'est la Fédération Française de l'Apéritif, c'est Rue de Paradis et c'est l'occasion d'insister un peu : un bon réveillon, c'est d'abord un bon apéro !

Retrouvez dès maintenant toutes nos offres de séjour pour le Nouvel An !

Partagez

+ d'articles...