Routes des vins

« Boire ou conduire, il faut choisir », on est d'accord. Il n'empêche qu'en France les occasions de prendre la route des vins sont nombreuses, et toujours réjouissantes... à condition de prévoir un chauffeur sobre.

En 1953...

Cette année là, Cyndi Lauper naît, Joseph Staline meurt, on couronne Elisabeth II d'Angleterre et l'Alsace invente la route des vins. L'idée germe chez les organisateurs d'une course automobile. Une partie des concurrent s'élancera de Thann, au sud de l'Alsace, dans le Haut-Rhin. Les autres partiront du nord, à Marlenheim, dans le Bas-Rhin. Tous emprunteront une voie bordée de vignobles et se rejoindront à mi-chemin.

On parle japonais, chinois...

Il pleuvait ce jour de 30 mai 1953 et l'on assistait au baptême d'un route dont le succès ne va jamais se démentir. La Route des vins d'Alsace demeure la plus connue, avec ses 170 kilomètres de trajet. Bien d'autres régions viticoles vont embrayer et créer leurs routes. En Bourgogne, sur un tracé de 200 kilomètres, on croise beaucoup de monde, dont des Chinois, des Japonais, des Anglais...

7,5 millions d'œnotouristes

Dans le Bordelais, on ne compte pas moins de cinq routes, dont la Route des châteaux qui mène de Bordeaux à la pointe de Grave. Quasiment tous les crus, les grands, les petits, les réputés, les confidentiels se sont inventés un chemin. Au total, 7,5 millions de touristes arpentent chaque année les routes des vignobles français. On les appelle les œnotouristes, dont un tiers sont des étrangers, selon une étude d'Atout France.

14 000 caves

Au-delà de la dégustation classique dans les caves (14 000 sont répertoriées sur l'ensemble des routes) et au-delà des bavardages, indispensables et généralement sympathiques, avec les producteurs, beaucoup d'autres activités sont prévues autour de ces routes. On y découvre les gastronomies locales et toutes sortes de patrimoines. Le vin de ces routes a moins pour mission de vous enivrer que de vous ouvrir les portes d'autres découvertes.

Vendanges touristiques

Dans les régions, les acteurs du tourisme ont fait évoluer le produit « Route des vins ». On trouve désormais des vélo-routes des vins (photo), des marches gourmandes et même des opérations « vendanges touristiques ». L'Alsace, par exemple, vous propose d'aller passer une demi-journée chez un viticulteur « pour vivre l'expérience unique des vendanges ». Vous repartez bien sûr avec votre diplôme de vendangeur. Et ça le fait !

Photo : Route des vins d'Alsace

Découvrez dès maintenant toutes nos offres de séjours sur la Route des Vins !

Partagez

+ d'articles...