Tourisme & Handicap : où en sommes-nous ?

Dans les enquêtes sur les vacances, c'est le budget qui est le plus souvent cité pour analyser les freins au départ. Le handicap en est pourtant un de taille. Ce week-end, se sont déroulées les Journées Tourisme & Handicap, mettant en lumière une situation encore très discriminante. On parle parfois (notamment l'INSEE), de dix millions de personnes « bénéficiant d'une reconnaissance administrative de leur handicap », c'est en fait beaucoup plus que ça.

40% des Français touchés

L'association Tourisme & Handicap avance un chiffre de 22 millions : « le nombre de personnes souffrant de déficiences (motrices, sensorielles, intellectuelles...) au sens large, dans la vie quotidienne, atteint 40% de la population, soit 22 millions en y incluant les personnes âgées, ou momentanément immobilisées, ou souffrant de déficiences cardiaques, rénales, respiratoires... » Il y a donc un enjeu social et humain énorme, mais également un enjeu économique (20% des personnes handicapées déclarent d'ailleurs vouloir partir plus souvent).

Au 3e étage de la Tour Eiffel

Sur les sites touristiques, l'application de la loi s'opère lentement, bien trop lentement pour les associations œuvrant dans ce domaine. Cette loi porte sur des obligations en matière d'accessibilité des personnes handicapées dans les lieux publics. Deux principales raisons expliquent cette tendance : les coûts que les aménagements engendrent et le fait que certains sites touristiques n'étaient pas faits à l'origine pour recevoir du public. C'est le cas, par exemple, du 3e étage de la Tour Eiffel.

Les mentalités évoluent

Le week-end Tourisme & Handicap, s'il souligne les carences et les lenteurs, révèle également des situations encourageantes et des mentalités qui évoluent. De nombreuses opérations ont eu lieu partout en France, allant de l'organisation de randos spéciales à la simple gratuité d'accès à des sites pour les personnes handicapées.

À dos d'âne

Dans la vallée de l'Indre, par exemple, « les ânes de Balaam » proposaient des balades à dos d'âne (elles les proposent d'ailleurs tout au long de l'année). À Aix-en-Provence, des visites de la ville étaient organisées pour les personnes à mobilité réduite. Une initiative qui pourrait d'ailleurs être testée, en fauteuil roulant, par les décideurs – dont très peu sont handicapés – qui ne perçoivent pas toujours la difficulté d'un déplacement en ville avec un handicap moteur.

Les labellisés « Tourisme & Handicap » à Cap France

Sensible à cette problématique, Cap France poursuit son travail de labellisation des villages vacances. Une quinzaine est déjà labellisé « Tourisme & handicap »C'est quand même dix fois plus top les vacances quand on peut partir avec tout le monde !

Retrouvez dès maintenant toutes nos offres dé séjours dans nos villages de vacances labellisés Tourisme & Handicap

Photo : Ville de Grenoble

Partagez

+ d'articles...