Avez-vous passé une bonne rentrée ?

« Et alors, cette rentrée ? ». Voilà une question made in septembre aussi bien cotée que le traditionnel interrogatoire de janvier « et donc, quelles bonnes résolutions avez-vous pris pour cette année ? ». De nombreux sites et médias nous aident à faire de la rentrée de septembre un moment joyeux et prometteur. Voici un florilège.

Petit crapaud

Le blog « Petit crapaud deviendra grand » nous offre des conseils de bonne année applicables en janvier ou septembre (et même tout le temps). « Ne réfléchissez pas trop », nous recommande notamment le crapaud : « Réfléchir, penser, analyser, c'est bien. Mais attention, la paralysie par l'analyse est une maladie douloureuse ».

Lève-tôt

Plus pratique, voici son conseil pour des journées efficaces : « Faites les tâches importantes tôt dans la journée. Être productif en début de journée vous place dans les meilleures conditions pour le reste de la journée »... et éventuellement vous laisse du temps pour glander. Ceci est une variante de la maxime « l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ».

Avant l'électricité

L'avenir appartenant aussi à ceux qui ouvrent des parenthèses, j'en ouvre une sur le champ. Il semble que cette maxime, qu'on a tous dite un jour, soit sortie de la plume d'un certain Willy, écrivain et critique musical portant le vrai nom de Henri Gauthier-Villars. L'avenir appartenait à ceux qui se lèvent tôt surtout avant l'invention de l'électricité (et l'expression était plus répandue au XIXe siècle). Travailler le soir, à la bougie, se révélait en effet plus compliqué.

L'adversité ? Une belle destination

Celle-ci, tous les sites vous la sortent : il faut positiver. Facile à dire. Cela dit, le petit crapaud nous le dit de telle façon qu'on a envie de le croire (et je rappelle au passage que le crapaud coasse et ne croasse pas, mais il croit quand même à l'occasion) : « dites vous que l'adversité n'est pas une voie sans issue mais un détour vers une plus belle destination ».

Soyez attentifs aux personnes qui vous entourent

Je passe sur les conseils évidents (mais qu'on oublie trop souvent) : voyez vos amis, votre famille, soyez attentifs aux personnes qui vous entourent (c'est bon pour eux, pour vous aussi), soignez votre santé, couchez-vous tôt (l'avenir appartient aussi à ceux-là), souriez, fixez-vous un but dans la vie (s'il y en a plusieurs, ça marche aussi), lisez, mangez sain, faites du sport... et déconnectez-vous.

À cause de la fameuse lumière bleue

Se déconnecter, c'est l'un des conseils du magazine L'Étudiant : « A l'instar de la caféine, les écrans peuvent perturber votre sommeil à cause de la fameuse lumière bleue contenue dans les écrans à cristaux liquides, qui fatiguent vos yeux. Consulter votre téléphone ou tablette juste avant d'aller dormir est donc une habitude à proscrire si vous souhaitez avoir un sommeil reposant. Remplacez-les, pour la dernière heure avant l'extinction des lumières, par un livre papier ou un magazine ».

Laissez partir vos pensées

Méditez. De nombreux médecins le conseillent. « Ça peut passer par plusieurs moyens (nous dit L'Étudiant) : laisser partir ses pensées dans tous les sens pour se détendre au maximum, ou se concentrer sur un point en particulier pour se recentrer. Dans tous les cas, l'effet est bénéfique. Vous pouvez vous lancer dans une pause méditation dès que vous avez quelques minutes devant vous, notamment dans les transports en commun ».

Lire Freud et mourir

Revenons à cette histoire d'objectif (les footballeurs parlent plutôt de but dans la vie). Tout ceci est très variable. Il peut s'agir de perdre 15 kilos, d'en prendre 10, de prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages, de terminer premier de la classe, de voir sa mère une fois par semaine, de travailler plus pour gagner moins, ou l'inverse, de partir en vacances chez Cap France (excellente résolution) ou de relire tout Freud sans Alka-Seltzer. Quel que soit l'objectif que vous vous êtes fixé, il faut savoir mesurer la progression vers lui.

Cucul-la-praline...

Il faut savoir aussi, nous dit le site ConseilsMarketing.com, se récompenser. Si vous atteignez votre objectif, offrez-vous un cadeau... C'est bien connu, on n'est jamais si bien servi que par soi-même. Le site propose aussi la soirée restaurant en récompense et conclut sur une idée cucul-la-praline, mais qui peut avoir ses effets : ce cadeau, « gardez-le en visée », mettez-le par exemple sur la cheminée.

...et Coco-fesses

À propos de cette expression « cucul-la-praline » (qui veut dire bébête), on trouve peu d'explications solides sur son origine. Certains disent que c'est l'écrivaine Colette qui l'utilisa pour la première fois en 1933. On situe aussi sa parenté du côté des îles Seychelles dont un archipel porte le nom de Praslin et où l'on trouve des noix de coco aux formes évocatrices, joliment nommées « Coco-Fesses ».

Le fruit de l'académicien

Quant à l'expression « on n'est jamais si bien servi que par soi-même », elle est le fruit d'un bel esprit, académicien et écrivain français, Charles-Guillaume Etienne, né à Chamouilley, près de Saint-Dizier (photo). C'est en Haute-Marne, où vient de démarrer une remarquable exposition sur les femmes dans la Grande guerre (à la médiathèque de Chevillon), dans le cadre du centenaire de cette terrible boucherie. Se souvenir... c'est très bon aussi pour la santé.

V.H.

Photo © Eric Colin – Office du Tourisme de Saint-Dizier

Partagez

+ d'articles...