Fleurs de citations

C'est un des débats qui passionnent le plus en France (et ailleurs !) : quand est-ce qu'il arrive ce foutu printemps ? Et ce débat n'est pas nouveau. Si vous creusez un peu dans la littérature ou dans la chanson, c'est un des sujets les plus fréquemment évoqués. C'est une idée week-end : si la pluie venait à s'incruster encore un peu, prenez une chaise longue de plage, installez-la au milieu de votre salon et revisitez les plus beaux écrits en matière printanière. Voici un florilège.

Les mots-clés du printemps

Ce n'est pas que les auteurs et chanteurs soient à court d'idées quand ils parlent du printemps, mais on constate qu'une dizaine de mots reviennent souvent, comme des refrains : amour (grand gagnant du sondage !), poème, joie, renouveau, beauté, rose, fraîcheur ou hirondelle. Certains auteurs nous invitent toutefois à la prudence, à l'instar du romancier originaire d'Aix-en-Provence (donc fin connaisseur de beau temps), Alfred Capus : « l'hirondelle ne fait pas le printemps mais le chameau fait le désert ».

La loi de la relativité en météo

On crie tous aujourd'hui « vive le printemps ! ». N'oublions pas tout de même ce qu'on doit à l'hiver, qui se retire sur la pointe des pieds, et qui vient de nous apporter moult plaisirs et loisirs. Soyons reconnaissants, tout est relatif, on aime aussi le printemps parce qu'on se lasse de l'hiver. « Il faut toujours un hiver pour bercer le printemps », dit...je ne sais plus quel auteur.

Les printempophiles maniaques

Dans la foule des écrivains s'attardant sur le printemps, on trouve plusieurs catégories. Il y a les ultras, printempophiles quasi sectaires. « Amour et fleurs ne durent qu'au printemps », affirme, un chouïa pessimiste, Pierre de Ronsard. Quant à l'ami Hugues Aufray, qui chante « les filles sont jolies dès que le printemps revient », on ne peut pas dire qu'il a tort, mais en hiver, en été aussi, elles sont pas mal non plus !

L'été en pièces détachées

Il y a la catégorie des drôles. Cette citation est une parole d'enfant, extraite d'une émission télé. Et si certains pensent que la vérité sort de la bouche des enfants, nous pouvons dire ici qu'ils ont raison. Voilà ce que dit ce bambin : « le printemps, c'est quand la neige fond et qu'elle repousse en gazon ». Joli ! Pas mal non plus, la théorie garagiste de l'écrivain québécois Jean-Michel Wyl : «le printemps, c'est l'été en pièces détachées ».

Enfin, Monsieur le Baron !

Au registre des auteurs qui ont oublié qu'on fait désormais dans la parité (on va lui pardonner, celui-ci a vécu au XVIe et XVIIe siècles), nous trouvons le baron de Montesquiou, Adrien de Lasseran de Massencome de Monluc pour lequel « une fille sans ami est un printemps sans rose ». Mon cher baron, tout ça n'est qu'affaire de goût, et puis un garçon sans amie peut être aussi un hiver sans neige ! On pardonnera d'autant plus à Adrien qu'il a croupi sept ans dans un cul-de-basse-fosse à la Bastille.

Pleuvoir de joie

On trouve aussi une pléiade de romantiques quand il s'agit de bal(l)ader le printemps. Mais il y a des romantiques pragmatiques, comme ce poète originaire d'un pays rayonnant, Pau. Paul-Jean Toulet nous offre un court rafraîchissement de mémoire : « il y a des pluies de printemps délicieuses où le ciel a l'air de pleurer de joie ». Oui, n'oublions pas qu'après la pluie vient le beau temps, et que les beaux apéros de printemps ont moins de saveurs sans les produits des paysans... qui ont besoin de pluie pour faire pousser nos barbecues.

Le clan des optimistes

Et voici pour finir la belle clique des optimistes, qui sonne chez vous avec un bouquet de métaphores. Elles nous font un printemps toute l'année. Le philosophe allemand Friedrich von Schiller nous berce avec ceci : « la fantaisie est un perpétuel printemps ». Et les Russes nous fredonnent cela (c'est un de leurs dictons) : « un mot aimable est comme un jour de printemps ». Da !

V.H.

Photo : Rupert Britton

Partagez

+ d'articles...