Îles d'Oléron et de Noirmoutier : en harmonie avec la mer et la terre

Découvrir la faune et la flore de la région où nous passons nos vacances est très tendance (à vrai dire, ça l'a toujours été plus ou moins). Pour quelles raisons avons-nous besoin de ce contact ? Pour apprendre, comprendre, passer le temps, amuser les enfants ? Probablement d'abord pour s'émerveiller ensemble de cette nature généreuse (et fragile, à préserver absolument !). L'émerveillement est un moment de fraîcheur et c'est un bon producteur de tonus. Toutes les régions françaises vous proposent des randonnées et visites (sur des approches et styles différents) pour observer de près le monde merveilleux des animaux et de la végétation. Gros plan sur deux îles que Cap France connaît bien : Oléron et Noirmoutier.

Biodiversité exceptionnelle et hyper-proximité avec la nature

Avez-vous déjà vu une buse variable, un geai des chênes, un pinson des arbres ? Peut-être certains d'entre vous les ont découverts dans la forêt de Saint-Trojean-les-Bains (Charente-Maritime) à l'occasion d'un séjour au village vacances Arc-en-ciel-Oléron. Cette forêt de pins maritimes et chênes verts (à vue de nez, elle représente 10% de l'île) est classée Natura 2000 et Réserve naturelle. Elle fut plantée au XIXe siècle pour protéger les habitats de bord de mer. Elle est aujourd'hui une réserve inestimable, abritant de nombreux mammifères. C'est aussi un grosse climatisation naturelle (qui ne tombe pas en panne), voilà qui n'est pas accessoire dans ces temps de réchauffement climatique. L'union de l'eau et de la forêt, la variété de la flore et de la faune, la richesse de l'île d'Oléron est aussi dans ce quatuor de génie. Au-delà de la forêt, c'est toute l'île qui vous baigne dans un univers de vacances nature, avec une ambiance « douceur de vivre » délicieuse, renforcée par la présence de 250 espèces d'oiseaux. Cette biodiversité et cette hyper-proximité avec la nature forment l'un des éléments d'attractivité de l'île : « Dans les marais situés en lisière de la forêt des Saumonards, vous pouvez emprunter les pistes cyclables à votre disposition et profiter d'une variété d'oiseaux impressionnante avec notamment le héron cendré qui cohabite avec l'échasse blanche, le vanneau huppé ou encore le martin-pêcheur. Toujours dans les marais, Brouage est connue pour être un excellent lieu de villégiature pour les cigognes », explique-t-on à l'Office de tourisme de l'île d'Oléron et du bassin de Marennes.

Rando à la plage, croisière-découverte, visite d'une réserve ornithologique ou de l'île aux papillons

On remonte un peu vers le Nord, nous voilà en Vendée, sur l'île de Noirmoutier. Elle compte deux villages vacances, Les Quatre Vents et Koat Ar Mor. Pour la richesse de la biodiversité, c'est du même tonneau, c'est du grand art ! Poètes, écoutez ça, vous pourriez faire de la faune et de la flore noirmoutrines un recueil plein de tendresse : la mouette rieuse, le gorge bleu, la bernache cravant, l'immortelle des sables, l’œillet des dunes, les ompalodes du littoral... Cette nature à l'état parfois très sauvage inonde les programmes de loisirs et de découvertes des villages vacances Cap France. Aux Quatre Vents, une randonnée guidée vous emmène découvrir l'île à travers les marais salants, le bois de la Chaize et le bois des Eloux. Ici, ne manquez pas non plus l'Île aux Papillons. Tout simplement unique ! Vous faites un tour du monde en quelques dizaines de minutes (et plus si affinités), à la rencontre de papillons de Guyane, du Kenya, des Philippines... « évoluant en toute liberté parmi les fleurs tropicales, dans la plus grande serre à papillons de France » (où naissent plus de 1000 papillons chaque année, possiblement sous vos yeux). Au village de Koat Ar Mor, c'est une visite du Polder de Sébastopol qui vous est suggérée. C'est un observatoire et une immense réserve naturelle où cohabitent 210 espèces d'oiseaux (migrateurs ou sédentaires) et 230 espèces végétales. « Sur votre chemin, vous pourrez aussi apercevoir plus de 235 espèces de papillons, 25 espèces de coccinelles, 17 espèces de mammifères et 12 espèces de poissons ». Il vous sera bien sûr demandé de respecter « le code de bonne conduite », par exemple d'observer à distance ces espèces « très sensibles au dérangement ». Même requête si vous êtes au village Arc‑en‑Ciel Oléron, en rando sur les plages inaccessibles aux voitures et aux vélos, ou en virée sur l'île d'Aix où ne sont tolérés que marcheurs et cyclistes. À ce propos, quel que soit le loisir ou le sport que vous pratiquez dans un milieu naturel, demandez à l'organisateur si la présence humaine perturbe l'écosystème. Dans certaines zones, les bateaux à moteur, et parfois même la pratique du kayak ou du paddle, peuvent déranger durablement la faune sauvage, par exemple les oiseaux pendant les cycles de reproduction. La France est belle, la France est grande, on peut cohabiter en paix sans se marcher sur les pieds !

Vianney Huguenot
Journaliste, hexagone-trotter, également chroniqueur en radio et animateur en télévision, il sillonne la France depuis plus de vingt ans, alternant les coins méconnus et les pépites incontournables du tourisme français

Partagez

+ d'articles...