En vacances : connecté ou pas ?

Les opérateurs – de téléphonie, de transport, de tourisme – mettent le paquet pour qu'on reste bien connectés en vacances. Sommes-nous pour autant des accros d'internet pendant nos congés ? C'est plutôt oui.

Avoir le choix

La question n'est pas de savoir si on veut une bonne couverture sur nos lieux de vacances. Quasi unanimement, les Français attendent un service de très bonne qualité, à tout moment, même les internautes les plus sages.

Autoroutes, plages, stations de ski...

C'est un message que les opérateurs de téléphonie ont totalement intégré. Orange, par exemple, investit beaucoup « pour améliorer la couverture de son réseau sur les lieux fréquentés par les vacanciers » (13 autoroutes sont aujourd'hui couvertes en 4G par Orange, mais aussi de nombreuses stations balnéaires et de montagne, des plages, des gares, des aéroports...).

Plus de 90% des Français partent avec un appareil

Si les Français réclament tous une bonne connexion, ils n'ont pas tous le même rapport aux outils connectés pendant leurs vacances. Et les études sur le sujet révèlent d'abord un paradoxe : « si 83% des Français expriment leur volonté de ralentir leurs usages numériques en vacances, quasiment tous (plus de 9 Français sur 10) partent avec au moins un appareil leur permettant de se connecter à internet, ou à des applis mobiles, smartphones en tête », souligne Kantar-TNS qui a réalisé un sondage pour Orange (mai 2017).

94% des 18-24 ans

Une étude plus récente (juillet 2018), menée par Expedia et Next Content, confirme ces chiffres : « 92% des voyageurs français connectés sont accompagnés de leurs appareils. Plus précisément, 94% des 18-24 ans emportent toujours ou souvent leur smartphone en vacances ». On est presque surpris que 6% ne les emportent jamais ! Ce n'est pas qu'une question de génération : trois-quarts des « plus âgés » embarquent leur smartphone.

Une à deux heures par jour

Le temps passé sur internet varie. « Près de 50% des vacanciers passent une à deux heures de temps par jour sur le smartphone », selon l'étude Expedia / Next Content. Beaucoup se programment un temps bien défini dans la journée pour renouer avec internet.

Facebook numéro 1

Avant, pendant et après les vacances, internet est devenu un assistant incontournable. Avant, c'est pour les préparatifs, le choix de la destination, les repérages, la recherche de bons plans, les dernières-minutes, les conseils. Le pendant et l'après concernent souvent des commentaires ou des partages de souvenirs (les Français doublent les envois de photos / vidéos pendant les vacances), notamment sur les réseaux sociaux. Sur ce créneau, Facebook reste numéro 1 (60% des partages), mais Snapchat séduit les plus jeunes (55%).

Trouver des idées, garder le contact, s'informer

Pendant les vacances, au-delà des partages de souvenirs ou de rencontres, les raisons d'une connexion sont multiples. 75% allument leur bécane pour « trouver des idées de balades et de circuits » (Expedia / Next Content). Selon le sondage de Kantar-TNS il s'agit aussi de « garder le contact » (83%), surtout lorsqu'il y a des enfants ou ados dans la famille. Pour 55% des sondés, l'enjeu est de « se divertir » et pour 31% de « rester informé ».

Les accros du boulot

Autre raison : ne pas perdre le lien avec ses collègues, ses chefs ou ses collaborateurs. Selon un autre sondage, réalisé par Qapa.fr (juillet 2018) « 62% des Français répondent aux e-mails ou appels professionnels pendant leurs congés et 59% disent ne pas être dérangés par cette continuité avec leur travail. Ils sont même 68% à s'estimer plus sereins grâce à ce lien maintenu. Pour 75% des Français, cela permet un retour plus simple au boulot ».

Couper net ou éviter le stress

Les avis divergent sur la relation à avoir avec le travail pendant les vacances (cette relation varie évidemment selon le niveau de responsabilité dans l'entreprise). Les uns conseillent de couper net. Les autres suggèrent, notamment pour éviter le stress, de consulter de temps en temps les messageries vocales et internet (ne serait-ce que pour faire du ménage et ne pas être noyé par des centaines de mails au retour des vacances). D'autres, enfin, vous diront que pour éviter le stress, il faut couper net. C'est aussi une question de tempérament.

S'organiser en amont

C'est en tout cas un sujet qu'il faut gérer avant le départ. Capital suggère par exemple « avant de partir, de ne laisser aucun dossier important en attente, qui nécessiterait qu'on vous rappelle » et de prévoir « dans votre message d'absence d'insérer l'adresse d'un collègue qui aura été briefé et qui pourra gérer d'éventuelles urgences ».

Sur ce, on vous souhaite de bons préparatifs des prochaines vacances (il faut toujours y penser un peu, beaucoup, passionnément, voire à la folie). Elles reviennent dans un tout petit mois et demi.

V.H.

Photo © Orange

Partagez

+ d'articles...