La perle Strasbourg

Quel est le point commun entre New-York, Genève et Strasbourg ? Ce sont les seules villes au monde, qui ne sont pas des capitales d'un État, et qui accueillent des institutions internationales. Pour Strasbourg, ce sont le Parlement européen, le Conseil de l'Europe et la Cour européenne des Droits de l'Homme.

Symbole de paix

La présence d'institutions européennes dans la capitale alsacienne signale d'abord un symbole : il s'agissait au lendemain de la 2e Guerre mondiale de rabibocher les ennemis d'hier et Strasbourg, frontalière de l'Allemagne, incarnait à merveille la réconciliation franco-allemande. « Voilà une ville qui, plus que d'autres, a été victime de la stupidité des nations européennes qui croyaient régler leurs problèmes par la guerre, maintenant elle doit être appelée à devenir un symbole de paix », déclarait le ministre britannique des Affaires étrangères en 1949, lors de la création du Conseil de l'Europe.

Élégant OVNI d'acier

Votre balade strasbourgeoise, au-delà des symboles politiques, va vous ravir en matière d'architecture. Prenez les institutions européennes dont les bâtiments modernes représentent un pan de l'architecture strasbourgeoise. Le Palais des Droits de l'Homme, par exemple, a l'allure d'un élégant OVNI d'acier. C'est l’œuvre de l'architecte britannique Richard Rogers, qui signe aussi (avec d'autres) le centre Pompidou parisien.

Prodige du gigantesque et du délicat

Dans un autre genre, voyez la cathédrale de Strasbourg et, en même temps, l'ambiance de ce quartier de la Grande île ! Dans deux ans, cette Notre-Dame de Strasbourg fêtera ses 800 ans. 1220, c'est l'année du début de sa construction, mais cet édifice comptabilise presque deux siècles d'élaboration. « Ce prodige du gigantesque et du délicat » (Victor Hugo) ne verra sa pointe célébrer ses 142 mètres qu'en 1439.

La plus élevée de toute la chrétienté

Juste pour comparer, Notre-Dame de Paris (69 mètres) est moitié moins haute. La cathédrale de Strasbourg, splendeur de l'art gothique, se voit de très loin et sera très longtemps, jusqu'au XIXe siècle, « l'édifice le plus élevé de toute la chrétienté ». Mille choses sont à voir ici, dont l'horloge astronomique, chef d’œuvre de la Renaissance... tellement chef d'oeuvre que la légende dit que son commanditaire creva les yeux de son concepteur, afin qu'il n'aille pas ailleurs reproduire une telle beauté.

On ne chipote pas, s'il vous plaît !

On entre maintenant dans une architecture d'un style particulier, « une architecture que l'on croirait sortie d'un conte ». Nous voici à la Maison Kammerzell (qui fait aussi restaurant), juste à côté de la cathédrale. Certains disent que c'est l'une des plus belles maisons de Strasbourg. On ne chipote pas, c'est la plus belle, de surcroît impressionnante avec sa multitude de sculptures et de fresques, dont les inspirations puisent dans les cultures profane et sacrée.

Culs de bouteille solennels

La goutte d'eau sur le gâteau, ou la cerise qui fait déborder le vase, bref le « truc » qui fignole l'ensemble de façon presque solennelle, ce sont les 75 vitres en cul de bouteille (photo) qui servent une lumière intérieure unique et très chaleureuse. Cette Maison Kammerzell est citée dans le best-seller mondial, signé Patricia Schultz : « 1000 lieux qu'il faut avoir vus dans sa vie ».

Places pleines de charmes et de winstubs

À Strasbourg, c'est promis, vous n'êtes pas au bout de vos joies et de vos « ouahhhh ce que c'est beau » ! N'oubliez pas la virée sur le barrage Vauban, vous allez voir, ça change de ce que le marquis a produit ailleurs. Et puis, surtout, goûtez aux petites places pleines de charmes et de winstubs. De ces placettes, il y en a partout à Strasbourg, c'est comme un collier de perles...

V.H.

Si vous voulez découvrir un peu au-delà de Strasbourg, vous ici un portrait de l'Alsace, fait à l'occasion du 42e congrès de la MAE (partenaire de Cap France).

Et pour découvrir nos villages vacances Alsaciens, c'est par ici !

Partagez

+ d'articles...