Quel cadeauphile êtes-vous ?

Si vous êtes dans la catégorie des prévoyants, vous avez en partie raison car les prix des cadeaux augmentent au fur et à mesure qu'on approche de la date fatidique. Selon une étude de l'UFC Que-Choisir, menée l'an dernier, « les prix des produits de grandes marques augmentent à partir du 18 décembre ». Les tardifs-traînards, qui s'y mettent dans la dernière semaine, profitent toutefois d'autres avantages. Plus détendus, ils attendent les vacances (c'est vendredi !) pour prendre le temps d'aller flâner en famille dans les boutiques et sur les marchés de Noël. Quand les achats de Noël restent un moment de plaisir et de partage et ne s'imposent pas comme une corvée...

Où aime-t-on le plus les fêtes de fin d'année en France ? En Bretagne et dans les Hauts-France !

Chez les cadeauphiles, nous avons la catégorie des novembrophiles, acheteurs de novembre, la période paraît-il idéale. Pourquoi ? Toujours selon l'UFC Que-Choisir, « c'est courant novembre, une fois que tous les catalogues de jouets sont bien en place et distribués, qu'on atteint les prix planchers ». Tout étant relatif en ce bas monde, les novembrophiles sont des tardifs-traînards pour les Français qui font leurs achats de Noël tout au long de l'année, dès les soldes d'été, dès qu'une bonne occasion se présente (liquidations diverses, ventes privées...) : on les nommera les précoces. Ils soulignent l'intérêt de s'y prendre très à l'avance notamment pour deux raisons : éviter les grandes affluences des derniers jours avant Noël et étaler ses dépenses sur l'année. À l'autre bout du champ, nous découvrons les dernièrminutophiles, adeptes des coups de cœur rapides, à quelques heures du réveillon. Tout cela n'est pas qu'une histoire de procrastination ou de désorganisation, cette tendance à l'achat de dernière minute exprime aussi, selon une psychologue, « un rejet de Noël ». Mais oui, n'oublions pas les Noëlophobes. Selon une enquête d'Odoxa, pour Le Parisien, en 2016, « 23% des Français n'aiment pas Noël, dont 7% pas du tout », pour diverses raisons : parce qu'ils sont seuls, désargentés et désorientés face à la déferlante de cadeaux, en désaccord avec « une fête qui a perdu de son sens » ou simplement parce qu'ils n'aiment pas, un point c'est tout. Si on additionne réveillon de Noël et réveillon du nouvel an, la masse des anti-fêtes s’accroît encore : 39% des Français n'aiment pas les fêtes de fin d'année (FFA), d'après un sondage BVA de 2018, avec des disparités étonnantes selon les régions : la Bretagne (74%) et les Hauts-de-France (71%) détiennent les palmes d'or et d'argent des amoureux des FFA. En bas du tableau, PACA et Centre-Val de-Loire où ils ne sont respectivement que 43% et 49% à apprécier les FFA.

Etes-vous plutôt classicophile, pifophile, radinophile, pres-de-chez-nousophile, webophile ou flicophile ?

Revenons à nos cadeaux et aux belles ambiances de Noël qui émerveillent les enfants (rien que pour ça, Noël reste un grand moment de bonheur !). Pour le choix de vos cadeaux, êtes-vous classicophile, pifophile, modophile, radinophile, circulairophile, près-de-chez-nousophile, webophile ou flicophile ? À vous de voir. Les classicophiles, je ne vous fais pas de dessin, optent pour les incontournables depuis des lustres : jouets, jeux, livres, parfums, chocolats, alcools, vêtements et désormais outils du web. Les pifophiles s'en vont aux courses et piochent au pif, et je vous prie de croire que ça peut donner de très beaux résultats... et éventuellement une bourse d'échange autour de la dinde ! C'est la mode qui guide les modophiles, les dernières tendances, les « vus à la télé », genre pour cette année pull de Noël, fringue ou matériel vintage ou, selon une observation des mouvements d'idées sur Pinterest (enquête Vogue décembre 2019) : tapis de yoga réversible, diffuseur d'huiles essentielles, filtre à eau, montre connectée Fitbit, gommage détox pour le corps. Je passe sur les radinophiles, qui écument les temples du « made in China » et ne sont parfois (ne soyons pas mauvaise langue, aimons-nous les uns les autres) que des compatriotes un peu fauchés. Les circulairophiles sont des adeptes de l'économie circulaire : on achète ce qui n'a pas nécessité une nouvelle production, donc consommation d'énergie, et évite de produire des déchets supplémentaires. L'économie circulaire ne consiste pas seulement à fouiner dans les trocs, elle correspond aussi à l'achat d'objets garantis durables et dont la fabrication n'est pas synonyme de gaspillage de matières. Quant aux près-de-chez-nousophiles, très branchés producteurs et artisans locaux, ils sont heureusement de plus en plus nombreux.

Sans oublier le cadeau malin : un séjour chez Cap France

Voici aussi les webophiles, qui ne commandent que sur internet. Principal avantage : gain de temps. Principal inconvénient : perte de contact. Nous achèverons cette rando avec les flicophiles, formidables enquêteurs qui sont votre maman, votre papa, votre conjoint ou votre sœurette qui observent depuis un an les recoins de toutes vos habitudes, vos comportements, vos besoins, vos moyens financiers... pour vous offrir le cadeau top ad hoc, le plus adapté. Ne vous étonnez pas, avec cette frange de cadeauphiles praticophiles, de retrouver sous votre sapin un lave-linge d'occasion, un abonnement à « Maison et travaux », un kit gilet jaune & triangle rouge, un bon d'achat chez Bonduelle, le livre « sur les chemins de l'amour » de Nadine de Rothschild ou alors – là, c'est bien vu – un séjour chez Cap France ! Joyeux Noël à tous... avec ou sans cadeaux.

Vianney Huguenot
Journaliste, hexagone-trotter, également chroniqueur en radio, animateur en télévision et auteur au Petit Futé, il sillonne la France depuis plus de vingt ans, alternant les coins méconnus et les pépites incontournables du tourisme français.

Partagez

+ d'articles...