Saint-Tropez : charmante fille de la mer

On a tellement dit que Saint-Trop' était la ville de BB, de la jet-set, des fêtards et des gendarmes qu'on en oublie parfois l'essentiel. Cette petite ville, qui fut le 3e port de la Méditerranée, est une perle, un paradis des peintres, « une des charmantes et simples filles de la mer », disait Maupassant... venu guérir ici de sa syphilis en 1887.

La pêche dans les gênes

La pêche est dans les gènes de Saint-Tropez et les quelques authentiques pêcheurs qui demeurent (à peine dix aujourd'hui) ne sont pas toujours en paix avec les immenses yachts envahissant le port. Saint-Tropez, l'une des stations balnéaires les plus connues dans le monde, est aussi à l'origine l'une des stations les moins artificielles. Le village porte une histoire fabuleuse : des Romains aux artistes de la Nouvelle vague, en passant par la petite République qu'elle fut au XVe siècle, avec sa propre flotte.

D'où vient la réputation de Saint-Tropez ?

Elle trouve d'abord ses origines dans son port, d'où partaient de nombreux produits, notamment des vins, des châtaignes et du chêne-liège. Le fait qu'un ministre de Napoléon III y achète un jour une villa expliquera sans doute aussi le buzz. Mais c'est surtout au début du XIXe siècle que les artistes et intellectuels vont commencer à faire parler de Saint-Trop'. Les peintres et les écrivains débarquent les premiers.

Colette, Johnny, Arletty...

Les artistes le disent : la lumière tropézienne est exceptionnelle. Parmi les peintres venus s'exprimer dans la cité du Var, un certain Paul Signac. Il va créer ici le pointillisme, un style de peinture avec des petites touches de couleurs. Viendront aussi les écrivains (Colette, Sagan...), puis les comédiens (Arletty, Errol Flynn...), les cinéastes, les chanteurs (Johnny bien sûr, ou Pierre Bachelet, qui repose au cimetière marin de Saint-Tropez), les stars et starlettes, les milliardaires... un mélange inédit dans une petite ville de 4 000 habitants.

Et Dieu créa la jet-set

Les soirées folles d'Eddy Barclay, grand gourou du show-biz et de l'industrie du disque, vont également marquer l'histoire de Saint-Trop'. Mais c'est le cinéma qui assoit la renommée mondiale de l'endroit, avec pour commencer le couple Bardot-Vadim. En 1956, Roger Vadim tourne à Saint-Tropez « Et Dieu créa la femme », un film qui va propulser BB au rang de mythe.

Musée de la gendarmerie et du cinéma

Bien d'autres films seront tournés ici, dont plusieurs de Claude Chabrol ainsi que la célèbre série des gendarmes avec les inoubliables Louis de Funès, Michel Galabru et Jean Lefebvre (photo). La gendarmerie devient un lieu parmi les plus visités du Var et elle est aujourd'hui un Musée de la gendarmerie et du cinéma. Passionnant et parsemé de fraîcheurs d'antan.

Du haut de la citadelle

En matière de musée, Saint-Trop' vous propose aussi un Musée de l'histoire maritime, basé dans la citadelle « pré-Vauban » qui domine la ville. Le lieu nous renvoie à l'une des origines de Saint-Tropez, lorsque ses habitants, pêcheurs et résistants, parcouraient les mers du monde : « ce musée est une invitation à partir à la rencontre de figures célèbres comme le Bailli de Suffren, le général Allard ou Hyppolite Bouchard, héros de l'indépendance de l'Argentine... ».

Saint-Tropez ou Saint-Trop-de-Pèze ?

Loin du tumulte et du strass, loin des milliardaires qui transforment Saint-Tropez en Saint-Trop-de-Pèze, il est aisé de s'offrir (tout dépend de la saison) un joli périple tropézien, doux et lumineux, instructif et délicieux. Et pourquoi ne pas baptiser votre séjour par une mise en jambe du côté du Cap Camarat (sur la commune voisine de Ramatuelle) sur un sentier éperdument amoureux de la mer ?

La Maison des papillons

Et surtout, ne loupez pas la Maison des papillons ! Ils sont 35 000 à vous attendre pour une manif haute, très haute en couleur. « Des entomologistes du monde entier ont témoigné leur enthousiasme » pour cette collection rarissime. Et on veut bien les croire.

V.H.

Crédit Photo : AFP

Partagez

+ d'articles...