Top 10 des carnavals en France

Demain, c'est Mardi Gras ! C'est traditionnellement autour de cette date que s'organise la période des carnavals. Mais les temps ont changé et ces moments de fête s'étalent davantage dans le temps, pour le bonheur de tous, y compris des familles et bambins. Établir un Top 10 des carnavals français, c'est pratique, c'est chic, ça vous donne des idées de sorties, mais c'est aussi un pari perdu d'avance tant la France compte de carnavals. Il y en a des centaines, allant des méga-manifestations qui colorent les villes d'un noir de monde, aux petits carnavals de villages préparés pour un après-midi festif. Le carnaval siffle souvent la fin de l'hiver (ou presque). Il est un défilé de déguisements, masques et maquillages qui, à l'origine, avaient pour buts de pouvoir changer de personnalité, de transgresser les interdits et de mélanger toutes les classes sociales. Voici donc un Top 10 des plus grands, des « Jours joyeux » de Nice aux Gras de Douarnenez.

Les batailles de fleurs de Nice. Le défilé d'agrumes unique au monde de Menton.

Le carnaval de Nice (du 15 au 29 février 2020) est l'un des plus populaires en France, mais aussi au monde. On dit que ce carnaval est né en 1873. C'est sa version moderne qui date de cette époque, car « la première mention retrouvée du carnaval remonte à 1294. C'est alors que Charles d'Anjou, comte de Provence, évoque son passage dans la cité pour "les jours joyeux de carnaval" ». Le carnaval niçois est une géniale effervescence de parfums, de sons et de pirouettes : « 50 troupes d'artistes locaux, nationaux et internationaux impulsent rythme et couleurs à chaque corso carnavalesque et bataille de fleurs ». Cette 136e édition se déroule sur le thème « Le roi de la mode ». La scénographie « revisite l'histoire de la mode, vous fait rire, sourire, mais aussi réfléchir sur la mode et ses dessous. Car si la mode lance des tendances et bouleverse les codes comme les comportements, elle a aussi un rôle éthique et responsable à jouer ». Nice, dans les Alpes-Maritimes, se situe entre deux villages vacances Cap France : la Semeuse (à 57 km) et Lou Castelet (43 km). Si vous y êtes, offrez-vous aussi le carnaval de Menton, toujours dans le 06 (c'est du 15 février au 3 mars). On dit aussi Fête du citron. Elle est unique au monde et les corsos décorés d'agrumes sont des émerveillements, à goûter de nuit comme de jour. 200 000 personnes rallient chaque année cette ville de la frontière italienne. Au fait, savez-vous quel est le poids d'agrumes utilisés pour cette féerie ? 180 tonnes, et même 200 l'année record ! Ce sont des citrons de 2e ou 3e catégorie qui sont utilisés, pas les fameux citrons de Menton, très côtés et reconnus par une IGP (Indication Géographique Protégée).

À Dunkerque, une ambiance inimitable. À Cholet, 300 000 ampoules.

Le carnaval de Dunkerque (25 janvier au 14 mars) dépasse les frontières des Hauts-de-France. On dit que les habitants du coin attendent les dates de la nouvelle édition avant de poser leurs vacances. Bref, on ne manque pas l'événement et chacun cherche son « cletche » (son déguisement). Celui-ci constitue « l'identité carnavalesque et la personnalité du fêtard. On est fier de revêtir son cletche, de l'améliorer et de le porter toute sa vie de carnavaleux ». Mais de quoi est fait le cletche ? « Un chapeau décoré à votre guise, une fourrure plus ou moins décorée, un maquillage bien soigné, une bien belle robe à ma tante, une belle paire de lunettes fantaisie et des accessoires comme des badges et des écussons »... Vous multipliez tout ça par des dizaines de milliers de fêtards pour imaginer le tableau ! On prend maintenant la route du Tarn pour rejoindre Albi, où se tient l'un des plus vieux carnavals de France (8 au 23 février). Mais sa version moderne n'en est "qu'à" la 65e édition. Tout près, le carnaval de Toulouse est organisé par un Cocu (Comité d'organisation du carnaval unifié) et se déroule sur trois dates : samedi 14 mars, un lâcher de caisses à savons, où vous pouvez venir soutenir « les équipages les plus loufoques ! » ; mercredi 18 mars, un carnaval dédié aux enfants avec une chasse aux œufs en chocolat ; dimanche 29 mars, c'est le grand défilé « pour chasser la morosité de l'hiver ». Si vous cherchez le plus lumineux des carnavals français, vous avez l'embarras du choix. S'il s'agit du plus lumineux... de nuit, prenez la route pour Cholet, dans les Pays de la Loire (18 au 25 avril). 300 000 ampoules illuminent le corso pendant le défilé de nuit, donnant à ce carnaval un air de grande fête foraine déambulant dans la ville. 30 groupes musicaux assurent l'ambiance, testée par près de 100 000 personnes chaque année. À quelques pas, le carnaval de Nantes (29 mars au 4 avril) est réputé être le second plus grand de France (en affluence). Son évolution au fil des ans, depuis sa création, lui donne une vraie richesse historique : « le carnaval nantais est un tradition ancienne. Il a connu des formes diverses : bals masqués, mascarades, cavalcades, défilés de Mardi Gras, de Mi-Carême et autres carnavals ont marqué l'histoire de la Cité des ducs ».

L'incontournable carnaval d'Annecy. Granville et son carnaval inscrit à l'UNESCO.

Allez, je me risque, s'il y en a un à ne pas louper, à découvrir au moins une fois dans sa vie, c'est bien le carnaval d'Annecy, un carnaval vénitien haut en couleurs (du 6 au 8 mars). Je dis ceci pour ceux qui aiment la splendeur des costumes et des masques. L'ambiance est tout à fait étonnante. Et c'est l'occasion de découvrir notre village vacances Les Balcons du Lac. À Annecy, vous assisterez notamment à cette manifestation « regroupant plus de 500 masques qui défilent dans une atmosphère silencieuse, sans fanfare ni musique, dans les ruelles du vieil Annecy ». De ce point de vue, il est un peu l'antithèse du carnaval de Dunkerque, qu'il faut aussi fréquenter au moins une fois dans sa vie (comment il essaie de se rattraper !). J'entends dire qu'Annecy est « le carnaval le plus original de France ». Peut-être. En tout cas, il est l'un des plus majestueux. On dit aussi (et ça, c'est sûr) qu'Annecy est « la Venise des Alpes ». Et nous partons dans une autre Venise française, « la petite Venise alsacienne », à Colmar. La ville chef-lieu du Haut-Rhin a la particularité d'être dotée d'une école de carnaval (active pendant les vacances) pour les enfants de 6/7 à 12 ans. Cette année, la cavalcade des enfants sillonnera les rues de la ville le 7 mars et le lendemain, viendra la Grande cavalcade. Du 21 au 25 février, à Granville, dans la Manche (à proximité du Home du Cotentin), c'est exceptionnel, le carnaval est inscrit depuis 2016 sur la liste du Patrimoine immatériel et culturel de l'Humanité, par l'UNESCO. Il est de ces carnavals qui puisent leurs ressources et leur singularité dans l'histoire de la ville. « L'histoire du carnaval est liée à l'histoire maritime de la ville de Granville. A l'époque où la pêche à la morue était l'activité principale du port, les départs des Terre-Neuvas avaient lieu aux alentours du Mardi Gras. Le carnaval était leur dernière fête à terre avant de prendre la mer. Il reste aujourd'hui l'un des grands carnavals ayant subsisté, chacun avec leurs spécificités et leurs coutumes, dans des villes portuaires françaises ».

Limoux, carnaval le plus long du monde. La tradition des bals aux Gras de Douarnenez

Dans la catégorie des carnavals au long cours, il n'y a pas que Dunkerque. Les Limouxins et Limouxines (habitants de Limoux dans l'Aude) font fort aussi. Leur carnaval est l'un des plus longs du monde : trois, parfois quatre mois, courant de décembre à avril (sur les week-ends). En gros, le Mardi Gras est une pause au milieu des festivités ! Ce festival, lui aussi, trouve sa source dans une tradition ancienne liée à l'alimentation : elle remonte au XIVe siècle, quand « les meuniers célébraient la remise de leurs redevances au monastère de Prouille le jour du Mardi Gras. Accompagnés par des ménétriers (des musiciens), ils parcouraient la ville en lançant des dragées et de la farine ». Autre tradition, la danse du carnaval qui reprend, peu ou prou, la gestuelle du vigneron pressant le raisin : « il lève les bras et soulève ses pieds l'un après l'autre ». On termine à l'ouest ! En Finistère, à côté de l'Hôtel Club Ker Beuz, aux Gras de Douarnenez (22 au 26 février). C'est le plus important carnaval de la région et l'un des plus réputés sur l'ouest. Allez-y et munissez-vous de votre imagination. Il est recommandé de se pointer avec sa (très) bonne humeur et un « déguisement loufoque ». Les festivités démarrent par la nomination d'un roi, Den' Paolig, « une mascotte brûlée à la fin du carnaval sur le port de la ville ». La noce des Gras a lieu le dimanche matin, suivie du grand défilé (chars, fanfares, batacudas, groupes...) et le lundi, place à une course de garçons de café. Les Gras de Douarnenez remettent au goût du jour une tradition parfois oubliée, celle des bals, dont un « bal des enfants » dans l'après-midi du mercredi. De quoi les initier durablement au goût de la fête et au savoir-vivre ensemble.

Vianney Huguenot
Journaliste, hexagone-trotter, également chroniqueur en radio, animateur en télévision et auteur au Petit Futé, il sillonne la France depuis plus de vingt ans, alternant les coins méconnus et les pépites incontournables du tourisme français.

Partagez

+ d'articles...