Toulouse par les chemins de traverse

En cette avant-veille de week-end, je vous offre mon top 8 de la ville rose, en sortant des grands chemins touristiques. Je ne vous parlerai donc pas de la place du Capitole, sauf pour vous signaler que le GR 86 s'élance ici. La griffe emblématique, rouge et blanche, est visible sur l'un des gros plots de pierre encadrant la place. Ce sentier de Grande Randonnée, long de 300 km, vous conduit, vous et votre baluchon, à Bagnères-de-Luchon.

L'art de sauter du train-train

Je ne vous parlerai pas non plus de Nougaro, ni de rugby, ni de cassoulet. Première étape de notre balade dans les recoins moins connus : le métro. Chaque station du métro toulousain est une œuvre d'art. Là-bas, on vous citera souvent la station Carmes en exemple, « La voie lactée », par l'artiste Jean-Paul Mareschi. Oui, mais elle est loin d'être la seule qui vous sort du train-train métro-boulot-rototo.

Pour ceux qui confondent lune et soleil

Ce n'est pas unique en France, mais cela reste rare et déroutant : la vieille horloge de la rue d'Alsace-Lorraine, dont le cadran inscrit 24 heures. Les aiguilles, donc, crapahutent moins. L'idée est utile aux paumés du petit matin et aux oiseaux de nuit, deux castes confondant parfois le soleil et la lune. À n'importe quelle heure, on sait l'heure qu'il est et, surtout, s'il fait jour !

Du graff des pieds à la tête

Des fresques partout, de la cave au grenier, sur tous les murs, voici la rue Gramat. De nombreux artistes ont participé à cette « street-art », artistes locaux mais aussi des membres du collectif Latino Graf, venus d'Amérique latine. La vision de la rue est éblouissante et les habitants en sont fiers. Ils ont raison.

Rue de la verge d'or

Également classé dans mon top 8, ce quatuor de rues coquines (les Toulousains eux-mêmes adorent en parler) : rue de la baïse, rue de la verge d'or, chemin de la levrette et chemin de Lanusse. En parlant de Toulousains, vous noterez que la capitale de la Haute-Garonne dispose d'une association unique : « les Toulousains de Toulouse ». Vous trouverez d'ailleurs, près de la place du capitole, une plaque indiquant la maison natale de son président, par ailleurs « poète archéologue ».

Du Jaja, comme Jardin Japonais

Je vous conseille aussi le Jardin japonais, classé « Jardin remarquable », que personnellement je n'ai pas eu le temps d'aller fouler. Mais un Toulousain pas de Toulouse m'en a dit le plus grand bien. « Ce jardin est la synthèse des jardins existant au Japon, à Kyoto, construits entre le XIVe et le XVIe siècles ». Si je n'ai pas eu le temps d'aller japoniser, c'est que j'étais retenu, époustouflé, devant la beauté de la Maison Giscard.

La Maison aux singes

Cette Maison Giscard (qui a priori n'a rien à voir avec l'ancien président, l'Auvergnat d'Auvergne), on l'appelle aussi la Maison aux singes, parce que la statue d'un singe à monocle trône tout au-dessus. Elle est l'expression d'un grand passé industriel toulousain, celui de la fabrication de pièces en terre cuite. Et elle renvoie aussi à la splendeur des façades toulousaines. Son charme est complètement fou (même en état de délabrement).

La guinguette des morts

Il est évidemment inconcevable d'aller traîner à Toulouse sans goûter son esprit bistrot. Je vous recommande l'étonnante buvette « Le pêcheur des sables », en bord de Garonne. Étonnante parce qu'elle est une ancienne morgue (bé oui). A cet endroit, près du quai de la Daurade, on exposait jadis les corps des noyés retrouvés dans la Garonne afin que les familles viennent ici les reconnaître. Dépassez cette histoire mortuaire, je vous promets que le lieu est charmant (photo) bien qu'un peu surchargé les dimanches après-midi ensoleillés.

Les grands couturiers habillent la Vierge

Voyez aussi la basilique Notre-Dame de la Daurade, avec sa vierge noire protectrice des femmes enceintes. L'aspect plus insolite de ladite vierge est qu'elle habillée par plusieurs grands couturiers. Elle dispose de huit robes dont une est signée Christian Lacroix. Plus surprenant encore, le couturier Jean-Charles de Castelbajac a confectionné pour elle une robe aux couleurs... des tenues de camouflage militaire. Car, outre les femmes enceintes, Notre-Dame de la Daurade protège les soldats de la paix.

V.H.

Partagez

+ d'articles...