Tout autour d'Autrans (deuxième partie)

Suite de notre promenade dans un rayon proche d'Autrans. Cette commune du Vercors abrite l'un des villages vacances historiques de Cap France, l'Escandille. Voici une balade en forme de réservoir d'idées, au cas (bienheureux) où vous êtes/serez en vadrouille dans ce joli coin de France. Un coin adepte de toutes les saisons : Autrans les aime toutes, pas de jalouses !

Spectaculaire cirque de Malleval

Nous nous sommes arrêtés hier à Cognin-les-Gorges. Prenons maintenant la route du sud et arrivons à Malleval-en-Vercors (à 9 km de Cognin, à 30 km d'Autrans). Stoppons face au cirque ! Il a en commun avec la maison des clowns le côté circulaire et spectaculaire. Mais ce cirque de Malleval, « majestueuse enceinte naturelle en demi-cercle où se mêlent roches et forêts », vous offre aussi le silence... et un horizon rare.

Rencurel : les pêcheurs adorent

À 17 km de là, vous entrez à Rencurel. Les amateurs de pêche vont adorer ! Ici, coule l'une des premières rivières à truites de France, la Bourne. Elle est exceptionnelle, disent les spécialistes de la gaule. C'est cette belle Bourne (qui n'intéresse pas que les pêcheurs) qui fait frontière entre Isère et Drôme. Franchissons le gué gaiement et descendons donc dans la Drôme.

Aux passionnés de vieilles pierres

Nous voilà à Saint-Julien et Saint-Martin-en-Vercors (à 17 km d'Autrans). Curieux et passionnés de vieilles pierres, cette halte vous est dédiée. On trouve sur ces communes de nombreux abris construits selon la technique de la pierre sèche (sans mortier). Ces constructions avaient jadis des vocations très diverses : abris à outils, murs de délimitation des terrains, cabanes pour les gardiens de bêtes, poulaillers... Tout cela était bâti avec des pierres extraites des terrains agricoles. Cet ensemble pierré peaufine aujourd'hui de jolis paysages.

À Vassieux, ça va plaire à vos enfants !

À ce stade de la Drôme, ne renoncez pas, persévérez vers le sud, entrez à Vassieux-en-Vercors (à 40 km d'Autrans). Ce village de 300 habitants compte deux grands musées. Le premier est dédié à la préhistoire et il plaira à vos bambins. Ils pourront parcourir le site de façon ludique en partant sur la piste de Léo (photo © Sillon 38).

Un éclairage sur l'évolution de l'homme

Ce Musée de la Préhistoire est installé sur un ancien atelier de silex, découvert en 1970 et datant et 4500 ans (il fut exploité pendant trois siècles). Au-delà de la découverte des différentes phases de l'occupation du Vercors par l'homme (et la femme, pas de jaloux), ce musée « apporte un éclairage sur la capacité d'adaptation de l'homme au changement climatique »... voilà qui pourrait nous être utile !

Célèbre maquis du Vercors

Tout aussi utile pour nos mémoires, le Musée départemental de la Résistance du Vercors, à Vassieux. Le maquis du Vercors fut l'un des plus importants foyers français de résistance aux nazis et ce lieu est lourdement chargé de mémoire. Complètement rénové en 2010, le musée propose des expositions mais aussi des animations et ateliers pédagogiques.

Le berger résistant

À l'origine, c'est un ancien maquisard du Vercors, un berger issu d'une famille italienne, qui conservait dans sa grange des milliers de documents et objets liés à la résistance dans le Vercors. Avec ce matériel, Joseph La Picirella fonde en 1973 les bases de ce qui deviendra un des grands musées français de la Résistance. Il s'était engagé à l'âge de a 16 ans et il en avait 20 lorsqu'il participa à la libération de Lyon.

Un fromage cré-meuh !

Je vous propose une remontée vers Grenoble, en passant d'abord par Corrençon-en-Vercors (à 13 km d'Autrans). Cette étape est intéressante d'un point de vue gastronomique. En matière de bonne boustifaille, le choix est large dans le Vercors et Corrençon vous donne un aperçu du menu. Ici, comme dans d'autres lieux de la région, les agriculteurs vous accueillent dans leurs fermes. Celle de « Perce-Neige », par exemple, vous fera déguster son Bleu du Vercors (ou Bleu de Sassenage), en AOP, joli fromage de vache à l'arôme noisette, un fromage « cré-meuh ! ».

Villard-de-Lans : la Mecque du VTT

En ralliant Grenoble, freinez à Villard-de-Lans (à 9km d'Autrans), célèbre pour sa vache (fabricante de Bleu du Vercors) et sa « poule grise du Vercors », issue d'un croisement entre des poules noires du pays et des poules italiennes, amenées ici par des immigrés italiens travaillant à la fabrication du charbon de bois. Mais l'un des faits les plus fameux de Villard est l'accueil des premiers championnats du monde de VTT, en 1987. Ce qui lui vaut le sobriquet de « Mecque du VTT ».

La magie opère

À Villard-de-Lans, on est heureux de vous annoncer que « la magie opère toujours : les parcours mythiques des 1ers championnats du monde de Moutain Bike ont été remis en avant, histoire de pouvoir rouler sur les traces des pionniers ». Villard affiche d'autres premières places, dont les 1ers championnats de France de bobsleigh en février 1934. Ceux-ci vont installer la ville iséroise parmi les grandes cités sportives de France. Villard-de-Lans accueille les épreuves de luge des Jeux Olympiques d'hiver de 1968 (Autrans reçoit les épreuves de saut, ski de fond et biathlon).

Le temps des cerises

Bonjour Grenoble, capitale du Dauphiné à laquelle vous pouvez, sans vous ennuyer, consacrer plusieurs jours. Voici le bout d'un possible programme : vieille ville, téléphérique, ancien parlement, fort de la Bastille, musée d'art et d'antiquités, jardins des Dauphins, passerelle Saint-Laurent... il y a de quoi satisfaire toute la famille. La ville natale de Stendhal possède aussi l'un des plus vieux cafés de France, la Table Ronde, ouvert en 1736. C'est sur l'une de ses tables que fut composée la musique du Temps des cerises.

Au Pont de Claix, l'une des sept merveilles du Dauphiné

Avant de rentrer à Autrans (qui est à 40 km), laissez-vous faire, offrez-vous un chti dernier détour, allez voir le Pont de Claix (à 40km d'Autrans, à 15 km de Grenoble) et... son pont pavé. C'est l'une des « sept merveilles du Dauphiné ». Peut-être entendrez-vous dire que s'étend ici la plus longue rangée d'arbres d'Europe, sur une très longue avenue (j'ai entendu dire qu'elle faisait 8 km). Pour les nostalgiques des colos et voyages en bus (avant, on disait plutôt les cars), la pause s'impose à l'HistoBus Dauphinois. Ce musée présente une splendide collection de bus et « présente l'évolution des transports en commun de 1865 à nos jours ».

V.H.

À Autrans, découvrez le village vacances Cap France L'Escandille

Partagez

+ d'articles...