Tout autour de Lucelle

On poursuit notre balade autour des sites Cap France du Grand Est. Arrêt aujourd'hui dans la plus petite commune d'Alsace (35 habitants) et la plus méridionale de la région Grand Est : nous sommes à Lucelle, au bord du Jura et de la Suisse. Un village du Haut-Rhin abritant le Relais Saint‑Bernard, idéal pour une cure de nature et de randonnées pédestres et cyclos.

La plus riche abbaye d'Alsace

Il plane à Lucelle l'histoire d'une des plus grandes abbayes cisterciennes. On parlait du « monastère de lumière », bâti au XIIe siècle, propriétaire d'immenses terres et qui accueillit jusqu'à 200 moines. L'abbaye de Lucelle rayonna loin, en fondant ou ayant sous sa coupe d'autres abbayes du Saint-Empire romain germanique. C'est la Révolution Française qui mit fin à l'épopée de cette abbaye la plus riche d'Alsace (et dont il ne reste quasiment plus rien).

Le peps made in Alsace

Outre la dégustation de l'esprit de Lucelle, en mode paisible ou sportif, vous allez savourer une offre impressionnante de visites tout autour du village vacances. Vous pouvez vous offrir quelques villes qui ne manquent pas de peps, dont Mulhouse évidemment (à 45 km au nord de Lucelle). Cette ville est un musée de musées.

Géniale collection de motos

Mulhouse est un repaire d'amateurs de collections : de la Cité de l'automobile (sans doute la plus belle et plus grande concentration mondiale d'automobiles de prestige) à la Cité du train, en passant par la Grange à bécanes, « exceptionnelle collection de motos anciennes qui ont sillonné les routes françaises jusque dans les années 60 », le Musée de l'électricité, le Musée de l'impression sur étoffes, le Musée du papier peint, le Musée des Beaux-Arts...

Un musée-village vivant

En montant au-delà de Mulhouse, vous arrivez sur l'un des grands incontournables de l'Alsace : l'Écomusée d'Ungersheim, un grand « musée-village vivant » qui vous replonge dans la vie quotidienne des Alsaciens au début du XXe siècle. Le site est occupé quasiment en permanence par des événements : « Légendes et couleurs d'automne » ou exposition « Les vies après la guerre » (jusqu'au 4/11), initiation à la traction animale bovine (jusqu'au 9/11), « Noël à l'Écomusée » (du 1/12/18 au 6/1/19)...

Un bijou à huit angles

Avant de redescendre, faites un petit pas de côté vers l'est, ça vaut le coup : voici Ottmarsheim et son église Saints-Pierre-et-Paul. Un bijou ! Cette abbatiale romane est la seule église en Alsace bâtie sur un plan octogonal, « en référence à Aix-la-Chapelle, l'église de Charlemagne et du couronnement des empereurs ».

Une forêt magique

Redescendons vers Lucelle en passant par Altkirch, capitale du Sundgau. Cette région culturelle et historique de l'Alsace est paradoxalement moins visitée que les régions plus au nord. Si Noël guide vos pas ici, allez découvrir la forêt enchantée, « une forêt magique avec des personnages de contes et légendes du Sundgau, qui investit le centre-ville pendant toute la période de Noël ».

Les 180 fontaines de Bâle

Lucelle est une petite incursion française en Suisse. Nos amis helvètes vous proposent aussi de belles idées de découvertes. Bâle n'est pas très loin, profitez-en. À visiter absolument la vieille ville, très romantique, et ses 180 fontaines. Ce cœur ancien se marie joliment avec l'art moderne, autre marqueur fort de la ville.

Y'a de la joie !

Nous restons en Suisse, à 15 km à l'ouest de Lucelle, découvrez Porrentruy. Nous sommes dans la région de l'Ajoie (joli nom, bravo !). Ici, vous pouvez vous organiser une balade patrimoniale très riche, en intégrant bien sûr le château qui domine la petite ville. Il fut la résidence des Princes-évêques de Bâle pendant près de trois siècles.

Le jardin urbain de Montbéliard

Depuis Porrentruy, il y a la possibilité de faire un petit détour et de rentrer en France par Montbéliard et Belfort. Montbéliard (Doubs) propose une offre diverse, comprenant par exemple le Musée de l'aventure Peugeot (200 ans d'une histoire industrielle extraordinaire), le parc scientifique, un jardin urbain, hôte de 100 variétés végétales, ou encore l'église de l'Immaculée Conception (à Audincourt, banlieue de Montbéliard), l'une des premières églises de France construite en béton armé.

Citadelle et chapelle exceptionnelles

Vous êtes ici à la jointure de plusieurs départements et vous passez vite de l'un à l'autre. Après le Doubs, attrapez le Territoire de Belfort (Belfort vaut un arrêt, ne serait-ce que pour sa citadelle), puis entrez en Haute-Saône. Vous voici à quelques kilomètres de Ronchamp et de sa chapelle Notre-Dame du Haut, œuvre de Le Corbusier classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le plus grand ensemble de sarcophages

Pas de jaloux, on fait aussi un saut au sud de Lucelle, on revient donc en Suisse, à Saint-Ursanne et sa cité médiévale (à 18 km du Relais Saint-Bernard). Ce serait top si vous pouviez ne pas louper le cloître, du XIVe siècle, et ses arcades splendides. Et là, vous allez voir « le plus important ensemble de sarcophages monolithiques mérovingiens et carolingiens de Suisse ».

Le Musée de la boîte de montre

Puisque vous êtes au sud, vous pouvez exagérer et pousser jusqu'au lac de Neuchâtel (à 75 km de Lucelle). En remontant, si l'heure vous en dit, faites une pause au Noirmont pour visiter le Musée de la boîte de montre, basé dans un ancien atelier d'horlogerie. C'est phénoménal, surtout quand toutes les mécaniques s'agitent en chœur !

La petite Camargue alsacienne

Autre conseil, et pas des moindres, visitez Saint-Louis. C'est à une trentaine de kilomètres au nord-est de Lucelle. Saint-Louis est connu des voyageurs, pour son aéroport, mais dans cette région, il faut voir ce qu'on appelle « la petite Camargue ». « Un marais, relique et témoin de la jungle rhénane », habitat d'importantes faune et flore : des libellules (40 espèces), des sauterelles, des grillons, des poissons, des oiseaux (174 espèces), des chevreuils, des chauve-souris, sans compter les orchidées, les iris, les œillets... un lieu merveilleux et très protégé (c'est une réserve naturelle).

Tout autour du centenaire de l'armistice

Vous qui êtes en goguette au Relais Saint-Bernard, vous qui voulez allier balade, recherche du silence, découverte de grands panoramas et hommage à nos combattants de la Première Guerre mondiale, j'ai ce qu'il vous faut : rendez-vous sur le Hartmannswillerkopf, « la tête de Hartmannswiller » (photo © Tourisme en Alsace). On dit aussi le site du « vieil Armand » (ce sont les Poilus, ne parlant ni alsacien ni allemand, qui avaient ainsi rebaptisé le lieu) ou « la montagne mangeuse d'hommes ». Nous sommes près de Mulhouse, à 64 km de Lucelle.

45 km de tranchées conservées

Perché à 960 mètres d'altitude, ce site du vieil Armand vous permet de dominer la plaine d'Alsace. Par beau temps, on voit non seulement Mulhouse, mais aussi Bâle, la ligne bleue de la Forêt Noire et les Alpes bernoises. 25 000 soldats, dont une majorité de Français, sont morts à cet endroit très stratégique de la guerre, en 1915. Les visiteurs peuvent percevoir l'organisation du site, du temps de la guerre, grâce à la conservation des 45 km de tranchées et aux sentiers sur lesquels ils peuvent se promener.

V.H.

Partagez

+ d'articles...