Tout autour de Théoule !

Vous êtes prochainement en vacances à l'Hôtel Club de L'Estérel (il est tout beau, tout neuf et ouvre en avril 2019) ou au village vacances Lou Castelet, vous êtes à Théoule‑sur‑Mer, sur la Côte d'Azur, et jusque là tout va bien. Et ça continue, vous êtes même très bien, vous êtes au cœur d'une collection impressionnante de découvertes à faire.

Les îles ont-elles des ailes ?

Voici une proposition de balade (plutôt sur une semaine ou une quinzaine) pour rayonner autour de Théoule-sur-Mer. Reprenons le périmètre défini par l'inventeur de la formule « Côte d'Azur » et allons de Hyères à Menton, en suivant la côte d'ouest en est. À Hyères, que vous soyez il ou elle, au singulier ou au pluriel, pensez aux îles. Chefs-d’œuvre de la nature amarrés au loin, les îles de Porquerolles, Port-Cros et du Levant vous promettent de jolies escapades, un truc à vous donner des ailes : sur terre, sur ou sous l'eau, à VTT, à pied et même à poil (l'île du Levant est réputée pour ses plages naturistes).

Exceptionnel site d'Olbia

Comme partout sur la Côte d'Azur, vous pratiquerez à Hyères la grande tradition mitonnée à base de pétanque, de rosé, d'huile d'olives, de plages de sable fin, de criques, de marchés haut en saveurs... Prenez le temps aussi d'ouvrir le livre d'histoire de cette côte et attention au tour de reins, ce bouquin est un lourd pavé ! Au chapitre de Hyères, stoppez à la lettre O, comme Olbia « la bienheureuse ». Le site archéologique d'Olbia vous replonge dans l'univers des comptoirs maritimes. Celui d'Olbia fut conçu au IVe siècle avant Jésus-Christ, « il est le seul du littoral méditerranéen à avoir été préservé, ce qui le rend exceptionnel ».

Le sentier des peintres

On avance vers l'est et nous voici au Lavandou, « la station aux douze sables » (on dit aussi « la cité des dauphins »). Son cœur de ville, avec ses ruelles pavées et ses placettes ombragées, vous expédie dans un roman pas noir du tout (pas à l'eau de rose non plus, l'ambiance est bien plus pimpante). Des peintres renommés ont séjourné ici au début du XXe siècle, si bien que la ville a fondé un sentier des peintres, long de 2,5 km. Si vous prenez le temps d'admirer, et la vue et les œuvres, comptez deux heures.

Au XXVIe siècle avant Charles de Gaulle

Juste à côté, voici Bormes-les-Mimosas. Bien sûr, un saut au Fort de Brégançon (photo) vaut le coup. De deux choses l'une : soit vous êtes un ami du président, vous ne passez pas par la case « j'appelle un guide, je réserve et je paye » et vous pourrez profiter de la nouvelle piscine et vous rincer l’œil à l’œil ; soit vous ne connaissez personne au château et vous prenez un tickson pour une visite guidée. Branchez votre interlocuteur sur l'histoire du lieu, elle est passionnante. La partie « résidence d'été du président de la République » n'est qu'un petit morceau d'iceberg sur un océan d'histoires. Tout démarre avant Charles de Gaulle, et même avant Jésus Christ.

Le plus beau village fleuri de France

Le mimosa (qui, entre autres avantages, pousse très vite) est une fleur azuréenne. Elle est arrivée ici, venue d'Australie, au XIXe siècle. Depuis 90 ans, la ville de Mandelieu-la-Napoule (juste à côte de Théoule-sur-Mer) s'est décrétée capitale mondiale du mimosa. Quant au « plus beau village fleuri de France », Bormes-les-Mimosas, il vous propose une découverte botanique et une visite épatante de jardins.

Pipes et gendarmes

On quitte Bormes, on prend la direction de Cogolin, connue pour ses pipes à base de racine de bruyère. Puis nous arrivons à Saint-Tropez, au pays de BB. Ce n'est pas abusif de définir ainsi Saint-Trop'. Là-bas, vous entendrez beaucoup de monde vous parler de Brigitte Bardot comme d'un « produit d'appel » ou d'une « marque ». Elle fait aujourd'hui partie du décor et vous la retrouvez dans de nombreux lieux, à travers des produits et souvenirs. Mais le décor tropézien, c'est d'abord une multitude de paysages, au coin d'une rue ou en regardant au loin, tous envoûtants. Ne vous privez pas d'une halte au Musée de la Gendarmerie et du Cinéma, basé dans la mythique gendarmerie de Saint-Tropez.

Chansons et santons

De l'autre côté du golfe de Saint-Tropez, à contourner par une belle route côtière, vous tombez sur Sainte-Maxime dont le Musée du phonographe et de la musique mécanique représente une collection unique en Europe (300 instruments). Saint-Maxime, comme d'autres villes azuréennes et provençales, cultive avec brio les traditions. Passer Noël dans cette Provence, qui fait briller les fêtes et crécher les santons, va vous donner des airs d'ange.

Ils sont fous, ces Romains !

Pour les amateurs de très vieilles pierres, un arrêt à Fréjus est le bienvenu. Allez voir les remparts, le théâtre et l'amphithéâtre romains, l'aqueduc et la lanterne d'Auguste, qui marquait l'entrée du port romain. Fréjus va plaire aussi aux amateurs d'ânes. Elle est l'une des villes françaises qui organise (en mai) une foire aux ânes « festive et conviviale, concoctée avec passion et placée sous le signe de l'amitié ».

Capitale de la fureur de vivre

Après Fréjus, passez par Théoule-sur-Mer (on s'y arrête demain plus longuement), puis Cannes. Poursuivez sur la côte et arrivez à Antibes Juan-les-Pins, dont on dit parfois qu'elle était « la capitale de la fureur de vivre ». Elle doit beaucoup aux Américains et au magnat des chemins de fer Franck-Jay Gould, qui ouvre ici à la fin des années 1920 « la première grande station estivale à la mode du littoral ». Vont alors débarquer Charlie Chaplin, Scott Fitzgerald, Marlène Dietrich... Cette ambiance, mêlée de fête et de prestige, flâne toujours.

Le Montmartre de la Côte d'Azur

Un peu plus loin, à Cagnes-sur-Mer, offrez-vous une pause dans la maison d'Auguste Renoir, devenue musée, au milieu d'un grand domaine parsemé d'oliviers. Auguste vécut là avec femme et enfants, Pierre, Jean et Claude, tous devenus de célèbres artistes. Sur la Côte d'Azur, on a le sens de la formule (vous avez remarqué ?). Après « la cité des dauphins », « la capitale mondiale du mimosa », « la capitale de la fureur de vivre », voici Cagnes-sur-Mer, « le Montmartre de la Côte d'Azur » (on l'appelait ainsi surtout dans les années 60).

Monsieur Ferrat et Madame de Rothschild

Et on roule, et on arrive à Nice. Pour les dingos du pinceau, n'omettez pas une escale au musée Chagall, puis une autre au musée Matisse, unique au monde parce qu'il réunit « un ensemble d’œuvres et d'objets issus de la collection de l'artiste ». Ceux qui aiment en avoir plein les yeux peuvent ensuite faire un crochet par Saint-Jean-Cap-Ferrat. Rien à voir avec Jean Ferrat, pas du genre à traîner ses guêtres dans les palais des baronnes de Rothschild.

Un des joyaux de la Côte d'Azur

Ce village-presqu'île est constellé d'immenses et magnifiques domaines et villas, dont celle de la baronne de Rothschild, « un des joyaux de la Côte d'Azur ». À sa mort, la villa devint musée. Il est entouré de neuf jardins à thème. Un programme de visite spécifique aux enfants a été instauré, sous forme de « chasse aux énigmes ». Gageons qu'ils sont nombreux et clinquants.

Le Youkounkoun de Menton

En parlant de clinquant, vous souvenez-vous du Youkounkoun ? C'était le plus gros diamant du monde, au cœur du film « Le corniaud », avec Louis de Funès et Bourvil. Une scène légendaire de cette saga se déroule à Menton, au poste de frontière franco-italien. Pour les cinéphiles, fans des deux acteurs, l'endroit n'a pas énormément changé, vous pouvez y faire un tour, c'est émouvant... Mais le Youkounkoun s'est fait la malle, je vous préviens.

Le Roquebrune de Le Corbusier

Avant Menton, qui est la dernière étape de notre périple azuréen et assurément incomplet, vous pouvez aussi stopper à Roquebrune-Cap-Martin, où est enterré le mondialement connu Le Corbusier. Ce n'est pas la tombe de l'architecte qui est la plus intéressante, c'est le cabanon minimaliste et les unités de camping que Le Corbusier a bâtis. Cet ensemble n'est plus habité par des vacanciers, mais vous pouvez visiter ce témoignage corbuséen peu connu.

V.H.

Photo : le Fort de Brégançon © Ville de Bormes-les-Mimosas

À Théoule-sur-Mer, découvrez l'Hôtel Club de l'Estérel et le village vacances Lou Castelet

Partagez

+ d'articles...