Du côté de la Provence

On achève notre voyage en contes et légendes par la Provence dont l'accent et le prétendu sens de l'exagération (surtout du côte de Marseille) ont nourri d'épiques et magnifiques histoires. En voici deux.

La sardine du vieux port

Ça commence comme une histoire vraie et ça se termine en franche rigolade. En 1779, des soldats français sont libérés par les Anglais et rentrent au pays par la mer. Ils embarquent sur une frégate baptisée La Sartine, en hommage au ministre de la Marine Antoine de Sartine. Malgré ce geste, les Anglais sont toujours brouillés (comme des œufs) avec les Français. Pour rejoindre Marseille, la Sartine bat donc pavillon « d'entente » afin de ne pas être attaqué par les Anglais.

La Canebière fit la légende

Allez savoir pourquoi, les Anglais prendront tout de même d'assaut le navire français qui arrive à Marseille en piteux état. De plus, le bateau est énorme et crée un bouchon à l'entrée du vieux port. La suite, vous l'avez devinée... Sur la Canebière, on aime manier l'accent délicieux de Provence tout en exagérant un peu les choses ; là-bas, un poisson de 50 cm, même mort, grandit toujours très vite ! Rien de surprenant à ce que cette histoire, à défaut de terminer en queue de poisson, s'achève donc ainsi, en légende : un jour, une sardine a bouché le vieux port, oh peuchère, tu le crois ça ? Mets-moi un pastaga !

Robin des bois provençal

On reste dans la même période, avec un brigand au grand cœur. C'est ainsi que les Provençaux nommaient Gaspard de Besse dont la bande avait pour base arrière quelques recoins des magnifiques Gorges d'Ollioules (photo). Une autre version de l'histoire les logent dans le massif de l'Estérel. Ils attaquaient les riches, les nobles, les usuriers et autres collecteurs d'impôts, afin de rendre l'argent aux petites gens.

Arrêté dans le massif des Maures

À la technique de son collègue anglais, le célèbre Robin Hood, le provençal ajoute la sélection territoriale : il n'attaque que les étrangers, rarement un Provençal, ce qui va étoffer encore sa popularité. Il est si populaire que lorsqu'il est arrêté dans le massif des Maures, puis emprisonné à Draguignan, c'est la fille même du directeur de la prison qui l'aide à s'évader.

Condamné à Aix-en-Provence

Gaspard, à nouveau, sera rattrapé, puis emprisonné à Aix-en-Provence où l'on estimait le risque d'évasion moindre. Le parlement de Provence va finalement décider de sa mort, une façon de se venger de cet homme qui clamait pis que pendre sur cette institution. Le Robin des bois français jugeait notamment que la Provence souffrait de deux fléaux : le parlement et le mistral. Le 25 octobre 1781, il ne clame plus rien, il est exécuté devant une foule immense d'amis. Ainsi naissait la légende...

Photo : Office du tourisme Ouest-Var

En Provence, découvrez le village vacances Cap France Les Bories

Partagez

+ d'articles...