Route sacrée

On dit aujourd'hui « Voie sacrée », formule inventée par l'écrivain Maurice Barrès après la terrible bataille de Verdun de 1916. Cette route d'une cinquantaine de kilomètres est bordée de bornes coiffées de casques de « poilus ». Elle est un vrai miracle et fut l'une des responsables de la victoire française en 1918.

La fournaise de Verdun

Verdun, dans la Meuse, est un point stratégique lors de la Première Guerre mondiale. Pour les Français, il faut empêcher à tout prix les Allemands de dépasser cette ligne. L'idée du général Pétain est alors d'alimenter sans cesse le front en matériels et en hommes « frais ». Il organise donc cette route, menant de Bar-le-Duc à Verdun, en la dédiant exclusivement au passage de camions. Ils ravitaillent « la fournaise de Verdun » où les combats s'intensifient.

6 000 camions par jour

Sur cette route - aujourd'hui la RD1916 - des dizaines de milliers d'hommes passeront au printemps et à l'été 1916. Certains jours, il y avait jusqu'à 6 000 camions qui empruntaient la Voie sacrée, « un toutes les 15 secondes » écrit Pétain dans ses mémoires. Il fallait aller vite, et aucune panne, aucune ralentissement n'était toléré. Un camion tombait en panne, et hop on le mettait au fossé.

L'idée de génie du commandant Richard

Un tel trafic allait rapidement provoquer la détérioration de la route. C'est alors que le commandant Richard – ingénieur des Ponts et Chaussées dans le civil – a eu l'idée de génie : sur les côtés, dans les champs, creusons et nous trouverons des pierres, et postons des hommes qui bouchent les trous de la route en permanence. C'est en gros ce qu'il suggère à l’état-major qui dit banco !... ou quelque chose dans le genre.

Sacrément stratégique

Cette voie sacrément stratégique, responsable de la victoire de la France lors de la bataille de Verdun, a beaucoup pesé dans la victoire finale. On se dit donc que cette victoire de la France doit beaucoup à un employé des Ponts et Chaussées.

Le musée de Souilly

Si vous prenez cette route, faites une halte à Souilly. C'est là que le général Pétain avait installé son Quartier général, lequel est devenu le musée de la Voie sacrée (photo) : « la complexité et l’extraordinaire coordination développées par les hommes d'état-major sont mises en évidence à travers une exposition permanente ».

Crédit Photo : Association du musée de la Voie sacrée

Partagez

+ d'articles...