Cannes et son festival de pétanque

Deuxième ville de France, après Paris, en capacité d’accueil de congrès et festivals, Cannes aurait pu n’abriter que le Festival International de Pétanque. Ce qui est déjà formidable. L’histoire en a décidé autrement.

Sur les rangs pour accueillir le Festival International de Cinéma, il y avait aussi Alger (alors française), Biarritz et surtout Vichy, qui après-guerre portait un nom si connoté que Cannes fut finalement retenue.

On oublie souvent que cette belle cité balnéaire de la Côte d’Azur était à l’origine un charmant et modeste village de pêcheurs. À force de ne voir en Cannes que son tapis rouge, ses stars de cinéma, sa croisette, ses palaces et son rayonnement international, on zappe quelques pans de l’histoire passionnante de cette région du golfe de La Napoule.

Attardons-nous un instant – juste pour l’exemple – sur l’incroyable histoire de l’Homme au masque de fer. D’abord, si la légende n’en est pas une, l’homme ne portait le masque que pendant les parcours où on le transférait. Sa longue incarcération n’est pas non plus exclusivement synonyme de Bastille. Cannes accueillit ce prisonnier fameux, sur l’une des îles de Lérins, par ailleurs splendides. Ces îles constituent aujourd’hui l’un des quartiers de Cannes, quartier insulaire donc et fait rarissime pour une collectivité française.

Il reste à savoir qui était cet homme. Pour approcher de la vérité, vous pouvez peut-être relire quelques grands auteurs français, dont Voltaire qui était persuadé qu’il s’agissait du frère aîné du roi Louis XIV, ou Marcel Pagnol qui optait plutôt pour un frère cadet.

En tout cas, petite ironie de l’histoire, il semble bien qu’aucun des films sur l’homme au masque de fer n’ait été un jour primé à Cannes.

Découvrez dès maintenant toutes nos  offres de séjours dans les Alpes-Maritimes

Photo : Palais des Festivals et des Congrès de Cannes

Partagez

+ d'articles...