CAPFRANCE

BLOGS

ACTUS ET RÉGIONS

Magiques Baronnies Provençales !

Magiques Baronnies Provençales !

ACTUALITÉ DU 05/02/2021

Voulez-vous partir en vacances en Histoire ? On y va ! Des nouvelles tendances dans l'hébergement, depuis une quinzaine d'années, vous font dormir sous toutes sortes de toits, des bulles, des maisons-arbres, des roulottes, des yourtes... où le confort n'est pas systématiquement au rendez-vous. Je vous emmène dans un autre type d'habitat insolite. Il mêle le standing d'une belle demeure et la grande histoire. Nous voici au Cloître des Dominicains, village vacances Cap France de la Drôme provençale, au cœur du village de Buis-les-Baronnies. Quelle est donc cette grande histoire ? Celle des Dominicains – on disait aussi l'ordre des « Frères prêcheurs » – qui s'installent d'abord à l'extérieur du village. Nous sommes au XIVe siècle, le couvent représente un acteur spirituel, certes, mais aussi économique et de taille. Le couvent est plusieurs fois saccagé et brûlé au cours de son histoire, notamment par les troupes des Huguenots (ah, si je tenais un de leurs descendants !). Il en faut plus aux Dominicains pour se décourager, ils rebâtissent et se réinstallent à Buis-les-Baronnies, ce coup-ci au cœur de la bourgade, à partir de la fin du XVIe siècle. C'est ce même bâtiment qui vous héberge aujourd'hui, après de nombreuses restructurations. Avant d'être une résidence de vacances, ce Cloître abritait la mairie, l'école, le tribunal, la gendarmerie ou une caserne. C'est vous dire si l'endroit fut toujours vivant. Et lumineux ! Une légende raconte que la mère de Dominique (Dominicus, de l'ordre des Dominicains), « aurait vu en songe, pendant sa grossesse, un chien tenant une torche allumée pour éclairer le monde ». Retenez cette histoire car elle explique, peut-être, ce fait exceptionnel dans cette région de la Drôme : la permanence d'une belle lumière. Le directeur du site, Stéphane Roy, l'assure : « Nous avons ici un ciel d'une très grande qualité et très peu de pollutions visuelles ».

Le Cloître des Dominicains
Le Cloître des Dominicains

Une lumière exceptionnelle et une ribambelle de senteurs dans la capitale mondiale du tilleul

Vous vivrez donc au cœur d'un patrimoine architectural et historique d'une très grande valeur. Au fil des ans, le village vacances s'est modernisé et adapté, encore récemment avec la réfection des coursives à l'intérieur du cloître ou l'installation d'un ascenseur. Au total, ce sont 180 personnes qui peuvent être logées ici, venues goûter les plaisirs paisibles d'un authentique pays de cocagne, entre les Alpes et la Méditerranée. Buis-les-Baronnies est à 150 km de Marseille et à 170 de Grenoble... mais pourquoi s'embêter à faire de la route, des centaines d'activités de découverte et sites sensationnels vous attendent dans un périmètre restreint autour du Cloître. Sur place, laissez-vous aller et partez d'abord à la rencontre d'un bel état d'esprit, parfaitement traduit par Stéphane Roy : « moi je suis un paysan, j'ai des racines profondes. L'ananas bio qui vient du Brésil, ce n'est pas mon truc ». Son truc s'appelle la proximité, l'amitié, les valeurs simples et le bonheur des voisinages. L'état d'esprit Cloître, vous l'attraperez dans une belle gastronomie et dans la tradition des parfums. Vous ne pourrez faire l'impasse – et c'est un pur bonheur – sur l'immensité des champs de lavande (qui mettent en joie tout votre attirail, nez, yeux et même parfois les oreilles quand le vent vient chatouiller les fleurs). Mais savez-vous que Buis-les-Baronnies est aussi la capitale mondiale du tilleul ? Des petits marrants aiment bien raconter que Buis est plus exactement « le wall street de l'infusion ». Sans rire, le tilleul des Baronnies est réputé « pour faciliter le sommeil et pour adoucir les crevasses, piqûres d'insectes et irritations ». On associe plus souvent le tilleul à un remède, moins à un parfum. Pourtant, ses fleurs et feuilles produisent des senteurs exceptionnelles. « Subtile alliance de notes raffinées, fleuries, discrètement sucrées, ce tilleul des Baronnies dégage une saveur parfaitement inimitable que les palais les plus délicats sauront apprécier », confirme une maison de production de tisanes bios. Stéphane et son équipe vous rappelleront que Buis est aussi le siège historique d'un maître de la parfumerie des plats : Ducros, mais oui, le tonitruant Ducros de la pub, souvenez-vous : « Et à quoi ça sert que Ducros y se décarcasse ». L'entreprise, désormais de renommée mondiale, fut fondée ici en 1963, par les frères Gilbert et Marc Ducros. L'origine de l'aventure nous renvoie « à une société de négoce en vrac des produits et aromates provençaux, poivres et épices vendus à des industries alimentaires et pharmaceutiques ».

Champ de lavande

Les parfums du jazz, l'arôme fruité du vin, l'atmosphère fantastique des marchés

Il m'est arrivé de m'attarder un samedi sur le marché d'Apt, dans le Luberon (à 60 km de Buis-les-Baronnies) jusqu'à des heures pas du tout catholiques. Ce marché est un miracle, réunion de joies, de rires, de bonne humeur et de conseils en tout genre, il est un composant essentiel de l'ADN régional. Il en est de même à Buis-les-Baronnies (marché le mercredi) et autour : à Vaison-la-Romaine (le mardi) et Nyons (le jeudi). Un tour de marché offre une vision rapide des merveilles de l'endroit : fraises, cerises, olives, pistou (qui donne l'excellente soupe au pistou) et vins des Baronnies, fruités et légers. C'est tout ça, et encore plus, que vous allez savourer au cours d'un séjour inoubliable au Cloître des Dominicains, village labellisé Marque Parc (label développé par les PNR - Parcs Naturels Régionaux, validant un engagement pour le territoire, ses valeurs, ses artisans, ses producteurs, son environnement naturel). Le Cloître est situé à proximité de trois PNR, ceux des Baronnies provençales, du Luberon et du Mont Ventoux (dernier né des 56 PNR de France). On entre dans les Baronnies comme dans une autre dimension, où la simplicité des relations s'entiche de la beauté de la nature. La sensibilité culturelle et artistique, ainsi que la lumière (j'y reviens), ajoutent à la magie. Constatez-le vous-même, vous ne le regretterez pas, lors du prochain festival « Parfum de jazz », fondé par la mairie de Buis-les-Baronnies en 1999. C'est en 2021 du 8 au 21 août, installé en partie dans l'enceinte du Cloître des Dominicains « qui se prête très bien à cette musique ». Le festival est composé de concerts. De conférences, discussions, expositions-photos aussi. Culturellement, votre séjour est inondé de chefs d'œuvre artistiques et architecturaux. Vaison-la-Romaine n'est qu'à 20 km, « connue pour ses vestiges romains particulièrement riches, dont un pont à arche unique, ainsi que pour sa cité médiévale et sa cathédrale. Ce qui caractérise particulièrement Vaison, c'est la possibilité de voir dans un même mouvement les villes antique, médiévale et moderne, comme si on pouvait embrasser 2000 ans d'histoire d'un seul coup d’œil », résume joliment un responsable du tourisme.

Marché de Buis-les-Baronnies
Vaison-la-Romaine

Chefs d’œuvre de la nature et panoramas époustouflants, à attraper à pied, à vélo ou en parapente.

Cette magie des Baronnies est d'abord une production de la nature, dont le maître incontesté est le Mont-Ventoux, ou « Géant de Provence » (certains le nomment aussi « le mont chauve »). Il est fantastique avec son air lunaire. Les cyclistes et aficionados de la Grande boucle connaissent ses moindres boucles, même s'il fut finalement assez peu emprunté par le peloton du Tour de France : seize fois (sur 108 éditions). Pourtant, il est classé dans les grimpées légendaires de l'histoire du Tour... qui revient en 2021 sur le Mont Ventoux, après cinq ans de privation. « Le Mont Ventoux, c'est une des deux randonnées exceptionnelles que nous proposons à nos hôtes, dont une nocturne avec un lever du soleil et un panorama à 360° », précise Stéphane Roy. Le directeur du Cloître signale par ailleurs deux événements sportifs majeurs prochainement. Ça va nous donner un mois de juillet de ouf ! Le 4 juillet 2021, s'élancera le Trail Drôme, qui révèle aussi la grande diversité des modes de randonnées dans cette région à la topographie plurielle. De la terre à l'air il n'y a qu'un pas, ou un bond. J'apprends, en bavardant avec un traileur, que les Baronnies sont un des secteurs les plus réputés en France pour faire hurler de joie un parapentiste. Bref, même l'air est magique. Et entre terre et air, Stéphane – je parie – à votre arrivée au Cloître vous fera l'article sur l'une des plus longues via ferrata d'Europe. Elle domine Buis-les-Baronnies. Poursuivons sur le planning de juillet. Le 12 juillet, fera étape ici le Trail de France (« 1er Tour de France en Trail »), reliant le Jura au Cantal en six étapes, 380 km et (respirez un grand coup)... 14 000 mètres de dénivelé positif !  Entre-temps, le 7 juillet, les engagés dans le Tour de France cycliste auront franchi deux fois en un jour le Mont Ventoux, par deux versants différents. L'un est réputé plus facile (versant Sault), « c'est pour user les organismes », dit le coureur Thomas Voeckler. L'autre (versant Bédouin), « est le plus dur, mais quand c'est moins dur, on est totalement exposé au vent ». L'air de rien, j'ai compris pourquoi les Dominicains voulaient rester à Buis. C'est magique.

VTT
Trail

Vianney Huguenot

Journaliste, hexagone-trotter, également chroniqueur en radio, animateur en télévision et auteur au Petit Futé, il sillonne la France depuis plus de vingt ans, alternant les coins méconnus et les pépites incontournables du tourisme français.