Le préfou vendéen

Dernière étape de notre série sur l'histoire de quelques gourmandises françaises. Celle-ci nous emmène dans un moment dont les Français raffolent, on peut même parler d'une institution : l'apéro !

47% des Français une fois par semaine

Un sondage IFOP de 2018 nous indique que 47% des Français prennent un apéro une fois par semaine, 20% au moins deux fois, deux petits pour-cents seulement déclarent (sur l'honneur, on n'est pas allé vérifier) qu'ils ne partagent jamais ce moment.

L'apéro, un marché de 2 milliards

Instant convivial très français, où l'on décompresse, bavasse et déguste, l'apéro est aussi un immense marché économique : « Le marché des produits apéritifs représente deux milliards d'euros ». En dix ans, ce chiffre d'affaires aurait augmenté de 50%. Vins, cocktails et gazeux sont désormais les produits les plus consommés, pour ce qui est des liquides.

Mangeurs de graines

Pour les solides, 66% des Français prennent de la graine, cacahuète, pistache, noix, et 50% disent ne pas avoir abandonné la légendaire chips (qui peut vous offrir le meilleur ou le pire !). Les charcuteries sont toujours bien accrochées à la table. Les biscuits n'ont pas disparu non plus mais ils cèdent des parts de marché aux légumes. Dans ce moment-apéro, avez-vous pensé au préfou vendéen ?

Fruit du hasard

Comme de nombreuses spécialités culinaires, le préfou est né par hasard. Afin de tester la température de leur four, les boulangers y glissaient un petit morceau de pain allégé en levure. C'est ce qu'on appelait « le pré-enfournement » (d'où le nom de « pré-four », puis « préfou »). Ce morceau de pain-test n'était évidemment pas jeté, il était ensuite mangé après y avoir tartiné un peu de beurre et d'ail.

Préfou au maroilles

Au fil des années, il est devenu un fidèle compagnon de l'apéritif, essentiellement en Vendée. On ne le trouvait d'ailleurs que dans cette région jusque dans les années 80. La société Paso, basée à Olonne-sur-Mer, en a fait un produit désormais quasi-français, développant même des préfous adaptés à d'autres régions. Les Chtis, par exemple, ont leur préfou au maroilles. Ailleurs, on en trouve à la tomate, au basilic et même au chorizo.

V.H.

Découvrez dès maintenant toutes nos offres de séjour en Vendée

Partagez

+ d'articles...